Municipales : les Bordelais fustigent la saturation des transports et le manque de propreté

Bordeaux : des municipales à suspense
Politique

LCI VOUS ÉCOUTE - A l’approche des municipales, LCI.fr s’associe à monaviscitoyen.fr pour se mettre à l’écoute des électeurs et vous faire vivre la dernière ligne droite de cette campagne. Monaviscitoyen recense les débats, les idées, les échanges déposés volontairement et anonymement par les habitants des communes de France. Sans avoir valeur de sondage c’est le pouls du débat public dans une ville que nous pouvons ainsi vous faire remonter, identifiant les signaux faibles ou les tendances citoyennes qui émergent parfois en dehors des chemins classiques. Aujourd'hui, immersion à Bordeaux.

Un après-Juppé marqué par l'incertitude. Alors que la droite gère la municipalité depuis 1947 et n'a jamais eu à affronter de second tour depuis lors, Nicolas Florian, le successeur de l'emblématique maire de Bordeaux est talonné dans les sondages par l’écologiste Pierre Hurmic, soutenu par la gauche. Le choix de LaREM de placer son propre candidat, Thomas Cazenave, en tête de liste, rend le scénario du second tour particulièrement incertain.  

Dans ce contexte, plusieurs thématiques ont déjà émergé dans la campagne, du logement aux transports en passant par la transition écologique. Que pensent les Bordelais de leur ville ? Quelles sont à leurs yeux les priorités du prochain mandat ? Pour y voir plus clair, LCI est partenaire de la plateforme Mon avis citoyen, qui leur donne la parole en temps réel et de façon ouverte, et dont le “Manifeste” est à consulter ici. En voici un rapide aperçu, sur la base de près de quelque 148300 contributions collectées à ce jour sur l’ensemble du territoire de cette commune. 

Lire aussi

Ville saturée, trams bondés

Le cadre de vie, les loisirs, le patrimoine architectural et les commerces figurent en tête des atouts de la ville, ainsi que les activités culturelles, selon les résultats de ces contributions. A contrario, Bordeaux fait face à plusieurs priorités, dont la saturation de ses axes de circulation. Une situation à relier à l'attractivité croissante de cette ville, située à seulement 2 heures de Paris depuis la mise en service de la nouvelle LGV. 

Deux difficultés ressortent en particulier : la circulation automobile - un classique dans cette grande ville - mais aussi, chose plus surprenante, le tram, l'une des grandes réalisations d'Alain Juppé au début des années 2000, aujourd'hui objet de toutes les critiques. 

Nombre sont ceux qui déplorent les embouteillages, "la place prépondérante de la voiture", la "circulation impossible" ou encore le stationnement anarchique "au milieu des rues". Un habitant de Caudéran, l'un des quartiers bordelais, critique ainsi "le plan de circulation, le manque de stationnement" et l'absence d'un "grand contournement autoroutier de la ville" plus efficace que l'actuelle rocade jugée "trop petite". Les trottoirs sont également "envahis" par les trottinettes et les vélos, signale-t-on. 

S'agissant du tram, de nombreuses critiques fustigent alternativement "les problèmes techniques à répétition", des tramways "saturés aux heures de pointe" ou encore une offre de bus et de tram insuffisante en journée comme en soirée. "Les infrastructures sont inadaptées au vu du nombre de personnes", observe ainsi un habitant du centre, à l'instar d'une autre Bordelaise qui lie cette situation à l'arrivée de "nouveaux habitants" dans la ville. 

La propreté en ligne de mire

L'autre critique majeure concerne la gestion de la propreté à Bordeaux et les incivilités en la matière. Un habitant des Chartrons décrit ainsi des "poubelles débordantes" sur les trottoirs, tandis qu'un autre, de La Bastide, s'en prend à ceux qui "laissent leurs poubelles sur le trottoir 24 heures sur 24" sans que la municipalité n'intervienne. Des contributeurs signalent aussi "la saleté de la rue Saint-Catherine", la grande artère commerçante du centre-ville bordelais. Un résident de Caudéran déplore le manque de "sens civique" des habitants et juge le rythme de passage des services municipaux insuffisant. 

Logement et vie chère au menu des préoccupations

Parmi les sujets remontés sur cette plateforme figure aussi la hausse du prix des loyers - la municipalité a pris, comme à Paris, des mesures pour encadrer l'explosion des locations de meublés touristiques accusés de réduire l'offre de logement. "Le coût de la vie a largement augmenté ces dernières années, loyers particulièrement", juge ainsi une jeune femme habitant dans le centre. Dans cette ville où la proportion d'étudiants est très forte, "les loyers sont trop chers", assurent de nombreux contributeurs, l'un d'eux ajoutant que la distance entre le centre et le campus universitaire rend également les déplacements coûteux, y compris en transport en commun. 

Les notes de Bordeaux

- Qualité de vie : 6,84/10 (contre 7/10 au niveau national)

- Services à la population : 5,76/10 (contre 5,63/10 au niveau national)

- Transports : 5,45/10 (contre 4,98/10 au niveau national)

- Commerces et emploi : 6,31/10 (contre 5,24/10 au niveau national)

- Sécurité et prévention : 5,76/10 (contre 6,02/10 au niveau national)

- Social et solidarité : 6/10 (contre 5,75/10 au niveau national)

- Gestion publique : 5,35/10 (contre 5,65/10 au niveau national).

- 70% des Bordelais recommanderaient leur ville à un proche, contre 58% des Parisiens, 80% des Lillois, 86% des Lyonnais, 71% des Nantais, 48% des Marseillais et globalement 73% des Français. 

- 59% des Bordelais sont satisfaits de la communication qu'ils reçoivent de la municipalité (66% au niveau national).

Rendez-vous sur www.monaviscitoyen.fr pour contribuer à votre tour.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent