Morano met un vent à Ménard, pas à ses électeurs

Morano met un vent à Ménard, pas à ses électeurs

DirectLCI
BÉZIERS - Nadine Morano a tenu jeudi soir une réunion publique à Béziers (Hérault) où elle a rejeté la main tendue par le maire de la ville Robert Ménard, dont elle dit ne pas partager les idées. Ce qui ne l'a pas empêché de multiplier les appels du pied à ses électeurs FN.

Elle campe sur ses positions tout en laissant un message aux électeurs du maire. Nadine Morano a tenu jeudi soir un meeting à Béziers, sur les terres de Robert Ménard. Devant l’assemblée, l'eurodéputée a réitéré ses propos qui lui avaient valu son éviction du parti Les Républicains.

Un tacle à Sarkozy pour commencer

"La France est un pays de race blanche aux racines chrétiennes comme le disait le Général de Gaulle", a-t-elle répété, fortement applaudie à cet instant précis par une assistance de quelque 250 personnes, pour la plupart âgées.

A son ancien mentor, Nicolas Sarkozy, qui assumait au même endroit que tant qu'il serait président, "personne ne portera le drapeau de notre famille en prétendant que la France est une race", elle a répondu : "Je n'ai jamais dit que la France était une race (...) je ne laisserai pas caricaturer et instrumentaliser mes propos". Et d’ajouter : "Mon président aurait dû être le garant de la liberté d'expression", a-t-elle estimé à propos du président du parti LR qui a selon elle "tellement cédé aux centristes".

EN SAVOIR + >> "Race blanche" : Nadine Morano va-t-elle s’allier à Robert Ménard ?

"Choisissez le rassemblement Nadine"

"Je ne ferai jamais alliance avec quelqu'un qui veut revenir au franc et ruiner la France", promet-elle, estimant que le "programme de Marine Le Pen est un programme d'extrême-gauche". Invitée par Robert Ménard à venir en Mairie, l’eurodéputée a refusé, tout en l’appelant à choisir le "rassemblement Nadine au rassemblement Bleu Marine" sur BFMTV.

Car elle l'affirme haut et fort à ceux qui en ont marre de la gauche et de la droite, "il y a une troisième voie, c'est moi"! De son côté Robert Ménard, qui reste donc pour elle un adversaire politique, a justifié son refus de se rencontrer par la résultante d'une pression politico-médiatique.

À LIRE AUSSI
>> "Race blanche" : Morano piégée par une course après le FN menée par Sarkozy ?

>> Entre Morano et Sarkozy, la longue histoire finit mal


 

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter