"A sotte question, point de réponse" : Jacques Chirac en 20 citations

Politique

Toute L'info sur

La mort de Jacques Chirac

HOMMAGE - Jacques Chirac a prononcé de nombreux discours, et fait beaucoup de confidences sur ses adversaires politiques. LCI a recensé vingt citations restées dans les annales. A l'occasion de son décès, ce 26 septembre, voici celles qui font désormais partie de l'histoire.

L'ancien président de la République Jacques Chirac est mort jeudi 26 septembre à l'âge de 86 ans. Parmi ce qui le différencie de ses prédécesseurs : ses petites phrases bien senties, souvent assassines envers ses adversaires politiques, qu'ils soient de son parti ou non. Voici les vingt plus savoureuses :

Sarkozy, il faut lui marcher dessus, du pied gauche. D’abord, parce que ça porte bonheur et puis parce qu’il n’y a que ça qu’il comprenne"- Phrase citée par Ghislaine Ottenheimer dans "Le Fiasco". Jacques Chirac n’a jamais digéré que son poulain le trahisse en soutenant Edouard Balladur en 1995.
Les promesses n’engagent que ceux qui les reçoivent"- Un bon mot piqué à l'ancien président du Conseil de la IVe République Henri Queuille.
On n’exporte pas la démocratie dans un fourgon blindé"- Phrase adressée à Silvio Berlusconi lors des débats sur la guerre en Irak en 2003.
Elles font pschittt"- Interrogé le 14-juillet au sujet des "affaires" autour du financement de ses voyages privés, il répond par cette onomatopée
Ça m’en touche une sans faire bouger l’autre"- L'expression a été popularisée par Jacques Chirac, quand Le Canard Enchaîné a révélé que l’ancien président aimait l'utiliser.
Qu’est-ce qu’elle veut cette ménagère, mes couilles sur un plateau…"- Citation captée par un micro au cours d’un sommet européen en 1988. Jacques Chirac parlait de Margaret Thatcher, après un échange sur la participation du Royaume-Uni au budget européen.
Ce type, c’est quand même un remède contre l’amour, non ?"- A propos d’Edouard Balladur, ami de 30 ans devenu l'un de ses ennemis en politique.
Je suis un mangeur de pommes"- Réponse de Jacques Chirac, invité du journal télévisé en janvier 1995, à une question sur le pommier dessiné sur la couverture de son livre "La France pour tous".
Bien sûr que je suis de gauche ! Je mange de la choucroute, je bois de la bière"- A un journaliste du journal Libération qui l’interrogeait sur sa sensibilité politique, lors de la campagne présidentielle de 1995.
Un chef, c’est fait pour cheffer"- Dans Le Figaro magazine, en juin 1992.
Moi, je ne vois pas tout le temps la main de Mitterrand dans la culotte de ma sœur"- Une métaphore pour dire qu’il ne croyait pas aux rumeurs de complots de l’Elysée contre le gouvernement d’alternance, entre 1986 et 1988.
J’apprécie plus le pain, le pâté, le saucisson, que les limitations de vitesse"- Jacques Chirac, fidèle à son amour de la bonne chère, dans un unterview à l’Auto Journal en août 1977.
Pour moi, la femme idéale, c’est la femme corrézienne, celle de l’ancien temps, dure à la peine, qui sert les hommes à table, ne s’assied jamais avec eux et ne parle pas" - A propos de la sienne, Bernadette Chirac, il déclarera : "Ma femme est un homme politique."
Les prévisions sont difficiles, surtout lorsqu’elles concernent l’avenir"- Dans Le Figaro magazine, février 1993.
Buvons à nos femmes, à nos chevaux, et à ceux qui les montent"- Cité dans le Nouvel Observateur en 1991.
Soyez gentil de me laisser parler et de cesser d'intervenir incessamment, un peu comme le roquet"- A Laurent Fabius, alors Premier ministre, lors d'un débat pour les élections législatives en mars 1986.
On ne construit pas la grandeur de la France avec de l’eau tiède et du chloroforme"- Phrase adressée à François Mitterrand et prononcée par Jacques Chirac lors d'un discours à Menton, en octobre 1985.
Si on a pris le soin de bien s’entourer, le collaborateur responsable prend 99 fois sur 100 la décision que vous auriez souhaitée, voire, de temps à autre, une décision meilleure"- Citation attribuée à Jacques Chirac mais non datée.
J’ai toujours respecté les hommes qui se battent pour d’autres idées que les miennes" - Dans Le Figaro, mars 1978.
Comme disait ma grand-mère : 'A sotte question, point de réponse!'"- En mai 1988 dans Le Monde.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter