Pour huit Français sur dix, Jacques Chirac était "un bon président"

Politique

Toute L'info sur

La mort de Jacques Chirac

QUASI-UNANIMITÉ - La mort de Jaques Chirac, annoncée ce jeudi 26 septembre, attriste près de deux-tiers des Français, qui le considèrent en grande majorité comme un bon président, sympathique et proche des gens.

La mort de Jacques Chirac n’a pas ébranlé que la classe politique ce jeudi 26 septembre. Au soir de l’annonce, près de 70% des Français affirment être attristés par le décès de Jacques Chirac, montre un sondage Odoxa-Dentsu Consulting pour France Info. Une tristesse qui touche tous les bords politiques. Dans le détail, plus de huit sympathisants des Républicains sur dix (86%) se disent émus de la mort de l’homme politique, un peu plus que les 78% de partisans de la République en Marche. 

Un sentiment partagé par 70% des proches du PS et par 65% de ceux EELV. Même constat du côté des extrêmes : les sympathisants de France Insoumise (59%) comme du Rassemblement national (58%) sont majoritairement émus.

Voir aussi

"Sympathique" et "charismatique"

Les quelques casseroles et autres affaires judiciaires qui ont poursuivi l’ex-chef de l’Etat, de même que son bilan politique, ne semblent pas altérer sa popularité. 79% des sondés estiment que Jacques Chirac a été "un bon président". Un score en hausse par rapport à mai 2015 :  63% des Français jugeaient alors qu’il était un bon chef de l’Etat, détaille France Info.

Une popularité qui découle de l'image "sympathique" qu'il aura laissée. Neuf Français sur dix le perçoivent en effet comme tel, 87% le considèrent comme "proche des gens" et "incarnant bien la France". Sa personnalité est considérée comme "charismatique" par 83% des sondés, et "dynamique" pour 75%. 

Lire aussi

Six sondés sur dix assurent que c'est l’opposition de Jacques Chirac à la guerre en Irak en 2003 qui les a le plus marqués. Une évolution depuis 2015, note France Info, puisqu’à l’époque les Français n’étaient que 44% à exprimer cette idée. À l'inverse, quand 42% des Français évoquaient  en 2015 le face-à-face du président en campagne avec Jean-Marie Le Pen le 21 avril 2001 comme moment marquant, ils ne sont aujourd'hui plus que 30%. 

Sondage réalisé en ligne par Odoxa-Dentsu Consulting pour franceinfo le jeudi 26 septembre, sur un échantillon de 996 Français.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter