Mortalité infantile : la France est-elle passée "de la 4ᵉ à la 22ᵉ place en Europe" ?

Jean-Luc Mélenchon à Reims, le 17 octobre 2021.

SANTÉ - Selon un tweet de Jean-Luc Mélenchon ce lundi, la France serait passée en sept ans "de la 4ᵉ à la 22ᵉ place en Europe" dans le classement de la lutte contre la mortalité infantile. C'est faux.

Sur 1000 enfants, 3,8 d'entre eux ne fêteront pas leur premier anniversaire. C'est le constat accablant que pose le taux de mortalité infantile de la France en 2019. Or, selon Jean-Luc Mélenchon, toutes ces morts auraient pu être évitées. Sur Twitter, le chef de file des Insoumis a ainsi regretté ce lundi 22 novembre que depuis 2014, la France soit passée "de la 4ᵉ à la 22ᵉ place en Europe" de ce triste classement. Qu'en est-il réellement ?  

Toute l'info sur

L'info passée au crible

Les Vérificateurs, une équipe de fact-checking commune aux rédactions de TF1, LCI et LCI.fr

De la 15ᵉ à la 22ᵉ position

Cet indicateur représente le nombre d'enfants décédés dans leur première année de vie, rapporté à 1000 naissances vivantes. Or, la France se situe bien en dessous de la moyenne européenne. Selon les chiffres d'Eurostat, ce taux s'approchait des 3,4 morts en 2019 dans l'Union européenne, alors qu'il était de 3,8 en France (nous avons choisi de prendre une année "normale" hors Covid-19). Ce qui place la France en 22ᵉ position, ex æquo avec la Pologne. 

Ceci dit, le reste des observations du candidat à la présidentielle sont fausses. Non, la France ne se situait pas en 4ᵉ position de ce classement il y a sept ans. Avec 3,5 décès enregistrés pour 1000 bébés vivants en 2014, le pays était à la 15ᵉ place. Par ailleurs, la France n'est pas non plus "juste devant la Roumanie" aujourd'hui, contrairement à ce qu'affirme l'élu Insoumis. Ce pays d'Europe du sud-est avait enregistré 5,8 décès pour 1000 naissances vivantes en 2019. 

Lire aussi

Pourquoi, alors, Jean-Luc Mélenchon a-t-il assuré que la France était 4ᵉ du classement ? C'était en fait le cas au temps de "l'Union européenne des 15", comme le précise l'internaute sur le blog auquel fait référence Jean-Luc Mélenchon dans son tweet. Soit 2004, et non pas 2014. C'était il y a 17 ans et dans un classement qui ne comportait que 15 pays. À noter par ailleurs que si la France chute considérablement dans ce classement, ce n'est pas tant parce que cet indicateur explose. Mais parce qu'il stagne. Depuis 2005, "la diminution de la mortalité infantile marque le pas", comme l'écrivait l'Insee en 2016. Au contraire, cet indicateur "tend à baisser depuis 2005 dans quasiment tous les pays de l'Union européenne". Automatiquement, la France n'est donc plus exemplaire. 

Un phénomène encore complexe à décrypter, aux causes "insuffisamment analysées", du propre aveu de la Cour des comptes. "Une part de cette stagnation reste inexpliquée", observait ainsi les Sages dès 2012

Vous souhaitez nous poser des questions ou nous soumettre une information qui ne vous paraît pas fiable ? N'hésitez pas à nous écrire à l'adresse lesverificateurs@tf1.fr. Retrouvez-nous également sous Twitter : notre équipe y est présente derrière le compte @verif_TF1LCI.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Covid-19 : que sait-on des symptômes du variant Omicron ?

EN DIRECT - Covid-19 : huit cas possibles du variant Omicron détectés en France

EN DIRECT - Crise des migrants : un avion de Frontex va surveiller la Manche "jour et nuit" à compter de mercredi

VIDÉO - Victime de violences conjugales, Camille Lellouche se livre dans "Sept à Huit"

"Dites à vos copains non vaccinés qu’ils commencent à nous saouler" : la charge de Patrick Bruel en plein concert

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.