Motion de censure de gauche : votre député voulait-il renverser le gouvernement ?

Motion de censure de gauche : votre député voulait-il renverser le gouvernement ?

DirectLCI
POLITIQUE - Initiée par le Front de gauche, la motion de censure de la gauche contre le gouvernement n'a pas été pu être déposée. Avec 56 signatures sur 58, le nombre de voix était insuffisant.

Il leur manquait deux petites signatures. Mercredi 11 mai, en fin d'après-midi, les députés "frondeurs" du Parti socialiste et les députés de la gauche radicale n'ont pas réuni le nombre de voix requis pour déposer une motion de censure de gauche contre le gouvernement de Manuel Valls.

"Frondeurs", anciens ministres, écolos et communistes

Initiée par le Front de gauche, la motion devait être déposée dans les 24 heures après le recours à l'article 49-3 annoncé la veille par le Premier ministre pour faire adopter le projet de loi de réforme du Code du travail. Au total, 58 voix de gauche étaient nécessaires pour pouvoir amorcer le processus de censure du gouvernement. Mais finalement, seuls 56 députés, socialistes contestataires, écologistes et de la gauche radicale ont signé le texte.

 

Parmi les signataires, on retrouve notamment quatre ex-ministres du quinquennat. Il s'agit de Cécile Duflot, (EELV), de Benoit Hamon et d'Aurélie Fillipetti (PS) et de Thomas Thévenoud (non inscrit, exclu du PS). Ils sont accompagnés par 27 députés socialistes, dont les "frondeurs" Christian Paul et Laurent Baumel, dix députés écologistes, l'ensemble du groupe de la Gauche démocrate et républicaine, les non-inscrits Jean Lassalle (ex-Modem), Pouria Amirshahi (ex-PS) et Philippe Nogues (ex-PS). 

En revanche, malgré ce revers les "frondeurs" socialistes ont annoncé qu'ils ne signeraient pas la motion de censure déposée mardi 10 mai par la droite et le centre. A l'inverse des députés du Front de gauche. Pour être adoptée, une motion de censure doit réunir la majorité absolue des suffrages des députés, soit 288 voix sur 574 (trois sièges sont actuellement vacants).

EN SAVOIR +
>>  49-3 : et si les frondeurs déposaient une motion de censure ?
>>  Retour sur la journée qui a fait imploser la gauche socialiste
>> 
La menace du passage en force se profile >>  VIDEO - 49-3 : quand Hollande dénonçait une brutalité
>> Qu'est-ce que ce 49-3 qui divise l'Assemblée ?

Plus d'articles

Sur le même sujet