Mouvement à la SNCF, port du voile, retraites, présidentielle 2022... Ce qu'il faut retenir du Grand Jury avec Marine Le Pen

Politique

Toute L'info sur

Le Grand Jury

POLITIQUE - Invitée du Grand Jury LCI-RTL-Le Figaro, Marine Le Pen a appelé les cheminots ayant cessé le travail à "la solidarité" avec les usagers. La présidente du RN a également rappelé son souhait d'interdire le voile "dans tout l'espace public", et salué le rôle du Premier ministre britannique Boris Johnson dans le cadre du Brexit.

Le présidente du Rassemblement national, Marine Le Pen, était l'invitée dimanche du Grand Jury LCI-RTL-Le Figaro. Elle s'est exprimée sur plusieurs sujets qui font l'actualité, à commencer par le mouvement de contestation à la SNCF, où les conducteurs ont mis en oeuvre leur droit de retrait. On récapitule. 

Une grève "sauvage"

Interrogée sur le mouvement qui a engendré de fortes perturbations à la SNCF ce week-end, Marine Le Pen a estimé que, "sur le fond, les conducteurs ont probablement raison". Mais "sur la forme, je suis en désaccord", a-t-elle poursuivi. "Je voudrais les appeler à la solidarité avec les usagers", a-t-elle ajouté, jugeant négativement le fait de "mettre en place, de manière sauvage, une grève qui aura des conséquences sur les plus fragiles". "Je suis sûre qu'il y avait d'autres moyens pour se faire entendre", a-t-elle conclu. 

Polémique sur le port du voile

S'exprimant sur la longue polémique autour du port d'un voile par les accompagnantes scolaire, la présidente du RN a rappelé la position de son mouvement, à savoir l'interdiction du voile "dans l'intégralité de l'espace public". "Le voile est un marqueur idéologique, identitaire", a-t-elle ajouté, voyant dans ce "sujet majeur" une conséquence de "l'immigration massive". "Plus nous avançons dans les générations, plus cette complaisance à l'égard de l'islamisme est importante", a-t-elle aussi jugé. 

Marine Le Pen a redit son souhait d'un référendum sur l'immigration. Le cas échéant, elle demanderait aux Français s'ils sont "pour ou contre le droit du sol", et s'ils souhaitent "continuer le regroupement familial". 

La réforme des retraites est "injuste"

La présidente du RN reste hostile à la réforme des retraites voulue par le gouvernement, estimant qu'elle est "injuste et va créer un surcroît de précarité dans notre pays". "C'est une malhonnêteté, car la valeur du point sera fluctuante". 

Elle défend toujours le retour à la retraite à 60 ans, estimant qu'il y a "énormément d'économies à faire dans le pays", et qu'il faudrait, pour "sauver le système", mettre en place une politique "nataliste". 

Brexit : soutien à Boris Johnson

Alors que le Premier ministre britannique a échoué, samedi, à faire adopter directement l'accord de sortie de l'Union européenne, Marine Le Pen a salué "la conviction" de Boris Johnson, qui selon elle a respecté ses engagements.

"Le Brexit aura lieu avec l'accord proposé par Boris Johnson, ou sans accord", a-t-elle jugé. Refaire un référendum sur le Brexit, comme le demandent certaines voix outre-Manche, "serait une violation de la démocratie". 

Candidate à la présidentielle 2022

Au détour d'une question posée, Marine Le Pen a confirmé qu'elle envisageait d'être candidate à l'élection présidentielle de 2022. 

En vidéo

Marine Le Pen : "J'ai envie d'être candidate en 2022"

"J'ai été deux fois candidate à la présidentielle, je m'apprête à être candidate pour la troisième fois", a-t-elle indiqué. Avant de déclarer : "J'ai envie d'être candidate en 2022". 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter