Municipales 2020 : 100% vélo, forêts urbaines, centre piéton... ce qu'Hidalgo veut changer dans Paris

Municipales 2020 :  100% vélo, forêts urbaines, centre piéton... ce qu'Hidalgo veut changer dans Paris
Politique

PROGRAMME - La maire de Paris, officiellement candidate à sa réélection en mars 2020, a présenté ses premières propositions pour la capitale, sous le signe de l'écologie. Anne Hidalgo veut poursuivre sa politique en faveur des circulations douces.

Sa candidature n'était plus un suspense depuis longtemps. Anne Hidalgo a officialisé samedi dans les colonnes du Parisien sa volonté de se présenter pour un second mandat aux élections municipales à Paris. 

L'actuelle maire a profité de cette annonce pour dévoiler un premier cocktail de propositions, affichant ses priorités en matière d'écologie, thème qui constituera l'axe de sa campagne. "Je veux continuer à apporter les transformations dont Paris a besoin", a-t-elle déclaré au Parisien. "C'est une course contre la montre. Nous avons dix ans pour agir face à l'urgence climatique."

L'actuelle maire de Paris souhaite ainsi poursuivre sa politique en faveur des circulations douces, et au détriment des déplacements en voiture. Elle a lancé son premier clip de campagne ce dimanche : 

Lire aussi

Vélos en plus, voitures en moins

Anne Hidalgo annonce vouloir faire de Paris une "ville 100% vélo" en créant de nouvelles pistes "faites pour le confort et la sécurité des cyclistes", sur l'ensemble du territoire parisien, "en gagnant sur les places de stationnement" actuellement dédiées aux voitures, avec "des liaisons nouvelles" vers la banlieue. 

Quant aux voitures, "il y en a déjà beaucoup moins et il y en aura de moins en moins", assure l'édile, qui compte mettre fin à la circulation de véhicules diesel en 2024, puis à l'ensemble des véhicules à moteur thermique en 2030, au profit des véhicules électriques, des transports en commun et des circulations douces. 

A défaut de supprimer le boulevard périphérique, comme le propose son concurrent Gaspard Gantzer, Anne Hidalgo promet de réaménager les portes de Paris pour les transformer "en places". Elle commencerait ainsi par la porte de la Chapelle, axe particulièrement dégradé depuis plusieurs années, pour en faire "une entrée dans Paris digne de l'esplanade des Invalides". 

Doubler l'investissement sur la propreté

Fréquemment critiquée pour son bilan en matière de propreté, Anne Hidalgo promet de doubler le budget dédié à "la propreté, l'entretien et les petits travaux de nos rues, de nos trottoirs, de nos places, de nos jardins, de nos pieds d'arbres", soit 1 milliard d'euros par an au lieu des 500 millions actuels, selon ses calculs. 

Egalement critiquée pour les chantiers à répétition qui créent des bouchons, la maire de Paris ne compte pas instaurer de "moratoire" - comme l'a proposé son rival LaREM Benjamin Griveaux -, estimant que "le travail de modernisation est permanent" dans la capitale. 

Le centre de Paris piéton

Dans son projet, la maire socialiste prévoit de créer des "forêts urbaines" sur le parvis de l'Hôtel de Ville, à la gare de Lyon et "derrière l'Opéra", ainsi que de transformer les espaces situés entre la tour Eiffel, la place du Trocadéro et l'Ecole militaire. Les places de la Concorde et de l'Etoile devront également être réaménagées "sur le modèle de celles de la Nation et de Bastille", et les Champs Elysées seront "arborés". 

En outre, la candidate promet de piétonniser "le centre de Paris", avec une circulation "limitée aux riverains, aux taxis et aux navettes électriques", ainsi qu'aux livraisons et aux véhicules d'urgence dans les quatre premiers arrondissements.

La ville "du quart d'heure"

La candidate fera en outre campagne autour du slogan "la ville du quart d'heure", c'est-à-dire où tous les équipements du quotidien seront accessibles en moins d'un quart d'heure. A ce titre, elle compte "transformer et ouvrir" les cours des écoles maternelles, primaires et du collège aux habitants les week-ends et pendant les vacances, pour "se reposer, lire ou faire jouer les enfants", ou encore les gymnases pour y faire du soutien scolaire. 

Poursuivre la politique de logements sociaux

Anne Hidalgo compte maintenir l'encadrement des loyers actuellement en place et poursuivre sa politique de création de "logements sociaux et intermédiaires" pour faire passer le taux de 22,6% à 25%, conformément à la loi SRU. "Cela permettra de maintenir les familles et les catégories populaires à Paris", assure-t-elle, alors que près de 11.000 habitants quittent la capitale tous les ans. 

Sur le marché locatif privé, Anne Hidalgo promet aussi de renforcer la politique de transformation de bureaux en logements, et confirme sa volonté de consulter les Parisiens par référendum "avant l'été 2020" au sujet des règles qui permettent aux propriétaires de louer des appartements dans la capitale via les plateformes de location saisonnière, Airbnb en tête. 

Voir aussi

Pas de hausse d'impôt

Dernier engagement notable, Anne Hidalgo promet de ne pas augmenter les impôts des Parisiens sous la prochaine mandature. Elle cherchera "de nouveaux financements", évoquant "les entreprises qui vont investir dans le logement" ou encore "un fonds vert pour moderniser Paris", sans entrer dans les détails. 

"Nous savons agir sous la contrainte financière", assure la maire de Paris, critiquée pour la forte hausse de la dette parisienne depuis 2015. "La Ville de Paris a un budget de 8 milliards d'euros et j'ai déjà dû faire face à des baisses de dotations extrêmement importantes." La candidate présentera le financement de son projet courant février. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent