Municipales à Paris : Benjamin Griveaux propose à Cédric Villani une rencontre "dans les tout prochains jours"

Municipales à Paris : Benjamin Griveaux propose à Cédric Villani une rencontre "dans les tout prochains jours"

POINT MORT - Aucune solution de se dégage, à moins de deux mois des élections municipales, dans le duel parisien qui oppose le candidat investi par La République en Marche (LaREM) Benjamin Griveaux au dissident Cédric Villani. Ce dernier a assuré, jeudi matin sur LCI, qu'il irait "jusqu'au bout". Son rival, lui, refuse de demander son exclusion.

Aucune éclaircie dans le camp LaREM à moins de deux mois des élections municipales à Paris. Benjamin Griveaux, le candidat investi par le parti présidentiel, ne semble pas avoir trouvé d'argument pour convaincre Cédric Villani d'abandonner sa course à la mairie de Paris. 

Invité de LCI jeudi matin, le dissident LaREM s'est montré formel. "J'irai jusqu'au bout, je ne suis pas du genre girouette, à changer d'avis dès qu'un peu de vent se lève", a assuré le mathématicien, crédité de 13% des intentions de vote dans le dernier sondage Ifop, derrière Benjamin Griveaux (15%). Manifestement insensible à un risque d'exclusion du mouvement, Cédric Villani a confirmé qu'il organiserait son grand meeting de campagne le 5 février et que sa candidature serait déposée, comme prévu, le 27 février. 

Lire aussi

"Qu'est-ce qui pourrait me faire changer d'avis ?" a-t-il fait mine d'interroger, arguant de la baisse de Benjamin Griveaux dans les sondages. "La candidature officielle d'En Marche est passée de 21 à 15%. Est-ce de mon fait ? Je ne le crois pas."

Griveaux tend à nouveau la main

Interrogé jeudi à la sortie de sa conférence consacrée à la sécurité, Benjamin Griveaux a de nouveau écarté toute de demande d'exclusion de son concurrent de LaREM. "Le débat de savoir s'il faut exclure ou pas exclure et parler de nos nombrils ne m'intéresse pas", a-t-il expliqué à LCI. "Cédric Villani a dit hier qu'il voulait nous rencontrer. Je propose que nous nous rencontrions dans les tout prochains jours", a-t-il ajouté, répétant que sa porte était "ouverte". 

Alors que l'échéance électorale se rapproche, les relations entre les deux camps se sont nettement tendues ces derniers jours. Celui de Griveaux continue d'accuser le candidat Villani de dynamiter ses chances face à la maire sortante. Pour autant, Benjamin Griveaux ne voit pour l'heure aucun intérêt à demander l'exclusion du dissident. "Benjamin Griveaux est candidat et pas chef de parti", expliquait mercredi son entourage à LCI. Si une exclusion devait être prononcée, en février, la décision en reviendrait au patron de LaREM, Stanislas Guérini. "C'est l'autorité du parti et la sienne qui sont en jeu."

"Avec Villani, il y a un problème", concédait jeudi un membre du gouvernement auprès de LCI. "Je ne comprends pas ce qu'il fait. Si, à un moment, ça va trop loin, on peut acter la division, ce n'est pas déraisonnable. De toutes façons, on ne peut pas partir à deux. On ne pourra pas réaliser l'alternative à Hidalgo avec deux candidats LaREM."

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : 9000 contaminations ces dernières 24 heures

Voici les trois étapes de l'assouplissement du confinement jusqu'à janvier

CARTE - Confinement : regardez jusqu’où vous pourrez sortir autour de chez vous dès le 28 novembre

"Koh-Lanta" : avant la finale, qui remporte le match des réseaux sociaux ?

"Cessons de dire des bêtises" : taxé de racisme après sa parodie d’Aya Nakamura, Omar Sy se défend

Lire et commenter