Menacé d'exclusion de LaREM, Cédric Villani ira "jusqu’au bout" : "Je ne suis pas du genre girouette"

Menacé d'exclusion de LaREM, Cédric Villani ira "jusqu’au bout" : "Je ne suis pas du genre girouette"
Politique

Toute L'info sur

L'interview Politique

INTERVIEW - Cédric Villani était l’invité politique d’Elizabeth Martichoux dans la matinale de LCI ce jeudi 23 janvier 2020. Alors qu'il pourrait être exclu par La République en Marche, le candidat à la mairie de Paris ne bronche pas. Il ira "jusqu’au bout" de sa démarche.

"Je ne suis pas du genre girouette à changer d'avis quand le vent se lève." Accusé de plomber le parti présidentiel, Cédric Villani persiste et signe ce jeudi : il déposera sa candidature pour les municipales à Paris. Alors qu’il est donné quatrième dans les sondages et que Benjamin Griveaux, candidat officiel de la majorité, dégringole en troisième place, le mathématicien a estimé sur LCI que seule sa "démarche (...) permettra de gagner" la capitale.

Lire aussi

Une démarche "de liberté"

S’il n’est pas le candidat investi par LaREM, Cédric Villani l'assure, il n'a pas reçu d'avis d'exclusion de la part du parti auquel il appartient toujours, malgré sa dissidence. Il admet avoir entendu parler de ces rumeurs, mais estime que cette exclusion ne "fait pas partie de l'esprit et de l’ADN" du parti lancé en 2016, car c’est un système qui "rétrécit". "En Marche a été créé pour ouvrir." 

En vidéo

L'édito Aphatie : "Même si Cédric Villani est exclu de LREM et continue à être candidat, ça ne changera rien"

Au-delà de créer la division, Cédric Villani est accusé de faire perdre Paris au parti présidentiel. Interrogée sur LCI, la porte-parole de Benjamin Griveaux, Marie-Laure Harel, arguait ainsi qu’il ne pouvait pas gagner tout seul. Une attaque que le candidat réfute. "Depuis le début, je suis stable dans les sondages", note-t-il, soulignant que, dans le même temps, la candidature de Benjamin Griveaux "est passée de 21% à 15%". "C'est de mon fait ? Je ne pense pas." Raison pour laquelle l’élu avance qu’il ne voit pas pour quelle raison il devrait prendre la sortie. "Ma démarche ne s’est pas faite contre LaREM. C’est une démarche de liberté."

Les "frontières doivent changer"

Cette démarche, c’est aussi celle "qui permettra de gagner", selon le candidat. Raison pour laquelle, même s’il est exclu, il ira "jusqu’au bout" et déposera sa candidature afin de porter son projet, qu’il détaille dans son ouvrage, Le nouveau Paris. C’est dans ses pages qu’il "pose [son] projet sur la table", dont "l’enjeu est à la fois de réparer 2020 et de préparer 2030". Notamment l’une de ses pistes, celle "d’agrandir" la capitale. 

Pour lui, il faut faire en sorte que des quartiers comme Montreuil ou Montrouge, par exemple, soient dans Paris. "Ce sera un nouveau Paris, le Grand Paris", a-t-il détaillé, enjoué. "On a besoin de travailler main dans la main avec la Couronne : les frontières doivent changer", a-t-il estimé, plaidant que seule cette vision peut "résoudre le problème de Paris dans le futur." Créer une ville "augmentée", telle est donc la volonté de Cédric Villani. Un projet audacieux, qu’il veut réaliser avec ou sans le parti présidentiel. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent