Municipales 2020 : près de 5000 communes pourraient avoir à revoter intégralement

Municipales 2020 : près de 5000 communes pourraient avoir à revoter intégralement
Politique

ELECTIONS - 4922 communes où le maire n'a pas été élu au premier tour doivent en principe organiser un second tour avant la fin du mois de juin. Mais un nouveau report à l'automne est probable et pourrait obliger les électeurs à revoter entièrement, a déclaré Edouard Philippe jeudi soir sur TF1/LCI.

Les électeurs de près de 5000 communes vont-ils devoir revoter entièrement, au premier comme au second tour ? C'est une hypothèse "très probable", a indiqué Edouard Philippe, jeudi soir sur TF1/LCI. Interrogé à propos du report du second tour des élections municipales en raison de la crise sanitaire, le Premier ministre a rappelé que la loi sur l'état d'urgence sanitaire du 23 mars 2020, complétée par une ordonnance publiée ce jeudi, prévoyait que le second tour soit organisé avant la fin du mois de juin dans le 4922 communes concernées par un second tour. 

Mais, a-t-il prévenu, il est probable qu'en raison de la situation sanitaire, un nouveau report soit décidé, en octobre voire après. Une hypothèse déjà évoquée ce jeudi dans les rangs de la majorité. 

Lire aussi

Vers l'annulation du premier tour dans ces communes

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Des pays sont-ils aujourd'hui confrontés à une deuxième vague de l'épidémie ?La progression du Covid-19 dans le monde

"La loi du 23 mars prévoit que la décision d’organiser ou non le second tour sera prise le 23 mai, à l’occasion d’un rapport qui sera remis", a indiqué Edouard Philippe. "Si c’est possible, le second tour se tiendra." Mais, a-t-il ajouté, "si l'on fait le constat qu’en juin, on ne pourra pas [organiser le second tour], ce que de nombreux observateurs pressentent, il faudra décaler les élections, peut être en octobre ou après". Dans ce cas, "il faudra organiser les deux tours des élections municipales". 

Un constat corroboré par de nombreux spécialistes du droit constitutionnel. Le Conseil d'Etat avait d'ailleurs indiqué, le 19 mars, que le second tour devrait être impérativement organisé dans un délai de trois mois à compter de la date du premier tour, soit le 15 du mois, sous peine d'annulation.

Edouard Philippe a rappelé que la situation ne se présenterait pas dans les 30.143 communes où le maire a été élu dès le premier tour. Dans ces communes, les résultats sont considérés comme acquis.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent