Propreté, circulation et incivilités... ce qui préoccupe les Parisiens avant les élections municipales

Propreté, circulation et incivilités... ce qui préoccupe les Parisiens avant les élections municipales
Politique

ÉLECTIONS - A l’approche des municipales, LCI.fr s’associe à monaviscitoyen.fr pour se mettre à l’écoute des électeurs et vous faire vivre la dernière ligne droite de cette campagne. Monaviscitoyen recense les débats, les idées, les échanges déposés volontairement et anonymement par les habitants des communes de France. Sans avoir valeur de sondage c’est le pouls du débat public dans une ville que nous pouvons ainsi vous faire remonter, identifiant les signaux faibles ou les tendances citoyennes qui émergent parfois en dehors des chemins classiques. Aujourd'hui, immersion à Paris.

Pollution, embouteillages, propreté, lutte contre les incivilités… L’amélioration du cadre de vie des habitants de la capitale est au cœur d’une âpre bataille entre les têtes de liste aux municipales, où la maire socialiste Anne Hidalgo défend le bilan de ses six ans de mandat, et au-delà, des dix-neuf années d’administration de Paris par la gauche. 

Les thèmes de campagne, on les connaît. Mais que pensent les Parisiens de leur ville ? Quelles sont à leurs yeux les priorités du prochain mandat ? Pour y voir plus clair, LCI est partenaire de la plateforme Mon avis citoyen, qui leur donne la parole en temps réel et de façon ouverte, et dont le "Manifeste" est à consulter ici. En voici un rapide aperçu, sur la base de plus de 135.000 contributions collectées à ce jour sur l’ensemble du territoire de la capitale. 

Lire aussi

La propreté, mère des batailles

Interrogés sur les atouts et les faiblesses de leur ville, les Parisiens, tous âges confondus, placent la propreté et l’entretien de l’espace public au-dessus de toutes les autres priorités. Si l’urbanisme, les activités culturelles, les commerces, le patrimoine et même les espaces verts figurent en tête des atouts signalés par les habitants, la question de la propreté est inversement, de loin, la première faiblesse identifiée.

Cette préoccupation traverse l’ensemble des arrondissements. Les témoignages sont légions. "Le nord-est de Paris ne doit pas être un dépotoir", peut-on lire dans les contributions du 19e arrondissement, "il faut sanctionner sévèrement le dépôt de déchets dans les rues”, écrit-on dans le 18e. Une Parisienne du 6e juge qu’il faut être “sans concession pour le non-respect de la propreté”, quand un habitant du 17e assure que “le vrai problème de cet arrondissement, comme celui de Paris, est la propreté qui se dégrade d’année en année”. Il est question de déchets, mais également de déjections, canines ou humaines. L’organisation de la collecte est également abordée, comme pour cette habitante du 13e qui réclame “une nouvelle gestion de la ville pour l’entretien” ou cette autre contributrice du 6e qui souhaite “un ramassage plus régulier” et une modification des horaires de collecte en dehors des heures de pointe. 

Trafic automobile et incivilités, enjeux prioritaires

Les priorités qui viennent ensuite varient un peu selon les arrondissements, mais la voiture et plus généralement la circulation restent le point sombre des difficultés signalées en deuxième position. Trop de voitures, trop d’embouteillages, trop de pollution : c’est le constat qui revient le plus souvent dans les verbatims. De nombreux contributeurs souhaitent "réduire encore davantage la place de la voiture", en créant par exemple "plus de parkings aux portes de Paris".  Sur la plateforme, des membres de la communauté proposent d’offrir "une meilleure offre de transports afin de dissuader les Parisiens de sortir leurs voitures", de "limiter la vitesse des automobilistes", notamment aux passages piétons, ou au contraire, "redonner des voies aux voitures" ou "arrêter de fermer des axes de circulation” afin d’améliorer la fluidité du trafic, ou tout simplement "arrêter de diaboliser la voiture". 

Le scooter "qui ne respecte pas le code de la route" arrive également en bonne place. Suivi, sans surprise, des usagers de trottinettes et vélos, qui doivent “respecter la loi", car ils "roulent sur les trottoirs". “Pourquoi pas un permis de rouler en trottinette ou en vélo ?” suggère même un habitant du 13e, quand d’autres proposent des radars automatiques pour ces modes de transports.

Les transports constituent un thème majoritaire dans la plupart des arrondissements, même si les habitants de certains secteurs (19e, 13e, 18e, 16e) ont des sujets plus brûlants à citer. Parmi ceux-ci, la sécurité (présence d’usagers de drogues, prostitution aux portes de la capitale) et les "incivilités" (qui recoupent plusieurs aspects, des déjections aux relations houleuses entre usagers des transports). “Cure d’anxiolytiques et myorelaxant pour l’ensemble des Parisiens car ils sont vraiment agressifs”, préconise ironiquement une trentenaire du 15e arrondissement. 

Des spécificités dans plusieurs arrondissements

Si la propreté fait l'unanimité à Paris, plusieurs arrondissements offrent des particularités, avec un classement 

spécifiques des enjeux prioritaires. Les habitants du 16e arrondissement placent ainsi le manque de loisirs et d’animation en deuxième position des faiblesses de leur quartier. Ceux du 9e ciblent le manque d'espaces verts dans leur quartier. Les Parisiens du 9e insistent sur les "incivilités" et les "nuisances", quand ceux du 11e, du 12e et du 13e jugent sévèrement leur cadre de vie.

Dans le 5e arrondissement, le prix trop élevé de l'immobilier arrive en 3e position des faiblesses du secteur. Enfin, le manque de commerces de proximité perce à la 3e place dans le 8e arrondissement, ce qui n'est pas le cas ailleurs. 

Les notes de Paris

- Qualité de vie : 5.99/10 (contre 7/10 au niveau national)

- Services à la population : 5,5/10 (contre 5,63/10 au niveau national)

- Transports : 5,91/10 (contre 4,98/10 au niveau national)

- Commerces et emploi : 5,98/10 (contre 5,24/10 au niveau national)

- Sécurité et prévention : 4,98/10 (contre 6,02/10 au niveau national)

- Social et solidarité : 5,82/10 (contre 5,75/10 au niveau national)

- Gestion publique : 4,27/10 (contre 5,65/10 au niveau national).

- 58% des Parisiens recommanderaient leur ville à un proche, contre 80% des Lillois, 71% des Nantais et globalement 73% des Français. 

- 45% des Parisiens sont satisfaits de la communication qu'ils reçoivent de la municipalité (66% au niveau national).

Rendez-vous sur www.monaviscitoyen.fr pour contribuer à votre tour.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent