Municipales : pollution, propreté et sécurité en tête des priorités des électeurs de Grenoble

Municipales : pollution, propreté et sécurité en tête des priorités des électeurs de Grenoble

LCI VOUS ÉCOUTE - A l’approche des municipales, LCI.fr s’associe à monaviscitoyen.fr pour se mettre à l’écoute des électeurs et vous faire vivre la dernière ligne droite de la campagne. Aujourd'hui, immersion à Grenoble

Eric Piolle parviendra-t-il à conserver son siège à Grenoble ? Le maire écologiste sortant allié au front de gauche, élu en 2014 dans une quadrangulaire, doit affronter une forte concurrence à gauche, notamment celle d’Olivier Noblecourt, ancien adjoint au maire PS Michel Destot, soutenu par l'ancienne ministre Najat Vallaud-Belkacem. En outre, ces élections sont marquées par le retour d’Alain Carignon, ancien maire de Grenoble (1983-1995) condamné et incarcéré à la fin des années 1990 pour faux, usage de faux et abus de biens sociaux, et revenu en politique en 2019. Attaqué par la droite sur sa gestion - Grenoble reste l'une des grandes villes les plus endettées de France -, Eric Piolle défend notamment de nouvelles mesures environnementales dans une région fortement marquée par la pollution. 

Quant aux Grenoblois, que pensent-ils de leur ville ? Quelles sont à leurs yeux les priorités du prochain mandat ? Pour y voir plus clair, LCI est partenaire de la plateforme Mon avis citoyen, qui leur donne la parole en temps réel et de façon ouverte, et dont le “Manifeste” est à consulter ici. En voici un rapide aperçu, sur la base de près de quelque 51.200 contributions collectées sur l’ensemble du territoire de cette métropole. 

Lire aussi

La pollution et la voiture au cœur des préoccupations

Parmi les principaux atouts de leur ville, les Grenoblois qui se sont exprimés sur la plateforme placent en tête le cadre de vie - du fait notamment de la proximité des montagnes -, les transports en commun et le réseau de pistes cyclables, les activités dédiées à la jeunesse ou encore les espaces verts.

A l'inverse, dans une région fortement marquée par les épisodes de pollution, ce sujet apparaît comme la principale faiblesse de Grenoble. Une pollution "encore trop élevée" malgré les mesures prises pour réduire le trafic en centre-ville - notamment la vignette Crit'Air -, jugent de nombreux contributeurs, "toujours étouffante", surtout l'été, "massive, en centre-ville et en agglomération", mais aussi les bouchons, peut-on lire dans cette catégorie. Certains reprochent même aux mesures environnementales prises par le maire écologiste d'être à l'origine de cette pollution, estimant que la réduction du trafic dans certains secteurs entraîne un report dans d'autres quartiers. "Les nouveaux sens de circulation génèrent des bouchons donc plus de pollution", croit ainsi savoir une habitante du quartier Europole. D'autres réclament plutôt la poursuite de la réduction du trafic automobile dans le centre, voire "l'interdiction totale des véhicules en ville", comme le suggère une trentenaire vivant à La Villeneuve, au sud de Grenoble. 

La propreté au menu

Sujet récurrent dans les grandes villes, la propreté s'invite également parmi les préoccupations principales des Grenoblois. "Tags à profusion", "saleté", "détritus non enlevés", "zones de décharge sauvages" ou autres "crottes de chiens sur les trottoirs" sont au menu des récriminations des habitants qui se sont exprimés. 

Pour y remédier, certains proposent "d'augmenter le budget dédié au nettoyage", de "mettre plus de compost en libre-service au pied des immeubles", d'organiser "une campagne de sensibilisation des habitants", voire de mettre en place "un meilleur tri des déchets" et de revoir l'organisation du ramassage des ordures. 

L'insécurité, thème récurrent

En troisième position parmi les faiblesses de Grenoble, les habitants citent la question de "l'insécurité". "J'aimerais pouvoir sortir tranquille", explique ainsi une jeune femme de 22 ans. "Peur de rentrer seule en étant une fille après 22 heures en centre-ville", témoigne une autre, qui habite dans le secteur Ile-Verte. "L'insécurité est importante pour une ville de cette taille", juge aussi un trentenaire vivant près du quartier Mistral. Un quinquagénaire cite quant à lui "les voitures qui brûlent", tandis que plusieurs contributeurs réclament le déploiement de caméras de vidéoprotection - le maire Eric Piolle s'y est opposé par le passé. 

Les notes de Grenoble

Les notes attribuées par les Grenoblois apparaissent particulièrement sévères pour ce qui concerne les questions de sécurité et de gestion de la commune. Le taux de recommandation de la ville est également faible par rapport à la moyenne des autres villes. 

- Qualité de vie : 4,97/10 (contre 7/10 au niveau national)

- Services à la population : 5,02/10 (contre 5,63/10 au niveau national)

- Transports : 6,08/10 (contre 4,98/10 au niveau national)

- Commerces et emploi : 5,01/10 (contre 5,24/10 au niveau national)

- Sécurité et prévention : 2,42/10 (contre 6,02/10 au niveau national)

- Social et solidarité : 5,21/10 (contre 5,75/10 au niveau national)

- Gestion publique : 3,39/10 (contre 5,65/10 au niveau national).

- Seuls 35% des Grenoblois recommanderaient leur ville à un proche, contre 58% des Parisiens, 86% des Lyonnais, 71% des Nantais, 48% des Marseillais et globalement 73% des Français. 

- 42% des Grenoblois sont satisfaits de la communication qu'ils reçoivent de la municipalité (66% au niveau national).

Rendez-vous sur www.monaviscitoyen.fr pour contribuer à votre tour.

Monaviscitoyen recense les débats, les idées, les échanges déposés volontairement et anonymement par les habitants des communes de France. Sans avoir valeur de sondage c’est le pouls du débat public dans une ville que nous pouvons ainsi vous faire remonter, identifiant les signaux faibles ou les tendances citoyennes qui émergent parfois en dehors des chemins classiques. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid : les décès et les admissions en réanimation en hausse

EN DIRECT - Affaire des "écoutes" : cette condamnation ne "correspond pas à la vérité", tacle Me Temime, l'avocat de Thierry Herzog

Son enfance en Algérie, son grand amour partagé : Marthe Villalonga ouvre ses jardins secrets

Le coronavirus ne sera pas vaincu d'ici la fin de l'année, selon l'OMS

Assouplissement des mesures anti-Covid : pourquoi Emmanuel Macron fixe-t-il un horizon de "4 à 6 semaines" ?

Lire et commenter