Municipales : que vont devenir les 106 communes sans candidats ?

Municipales : que vont devenir les 106 communes sans candidats ?

MANQUE DE VOCATION - Pas de candidats, pas d'élection. Une étrange situation que connaîtront 106 villages de France. Exemple dans le département de l'Ain avec trois communes de plus de 1000 habitants où personne ne veut devenir maire.

Les élections municipales se dérouleront les 15 et 22 mars prochain... mais pas pour tout le monde. Faute de candidats, 106 communes n'ouvriront pas les bureaux de vote. Un scénario étonnant que connaîtront notamment quatre villes de l'Ain, dont trois ont plus de 1.000 habitants. Que va-t-il se passer pour ces communes ? LCI a posé la question à la préfecture de Bourg-en-Bresse. 

Lire aussi

Le préfet prend les choses en main

Quand aucun candidat ne se présente, l’élection municipale n’a pas lieu. C'est la règle. Dans ce cas, c'est le préfet qui prend les choses en main. "Le mandat des conseillers municipaux sortants prendra fin à la date du premier tour de scrutin, nous détaille la préfecture de l'Ain. De prochaines élections seront alors organisées dans les trois mois" à l'initiative du préfet.  

Petite différence toutefois selon la taille de la ville, pour les communes de moins de 1.000 habitants des candidats peuvent toujours se présenter entre les deux tours. Une solution impossible pour Pont-d'Ain et ses 3.000 habitants, également pour  deux autres communes sans candidats de ce département : Buellas (1.800 habitants) et Péron (2.600 habitants). 

Lire aussi

La désignation d'une délégation spéciale

Faute de conseil municipal et de maire, les clés de la ville ne seront pas remises au préfet. Ce dernier désignera une "délégation spéciale". Si elle remplit les fonctions des conseillers, ses pouvoirs sont limités "aux actes de pure administration conservatoire et urgente." Par exemple, aucun projet d'investissement ne pourra être décidé par ces délégués.  

"Le nombre de membres de la délégation spéciale varie en fonction du nombre d'habitants de la commune, nous précise la préfecture de Bourg-en-Bresse. Trois membres dans les communes de 35.000 habitants et moins, et jusqu'à 7 dans les communes de plus de 35.000 habitants." Quant au choix de ces délégués, il revient au préfet de les désigner en fonction sa propre appréciation. Seront privilégiés, "des fonctionnaires retraités disposant d'une bonne connaissance du fonctionnement de l'administration locale ou d'anciens élus locaux volontaires." 

 

En cas d'absence de candidat pour les nouveaux scrutins, "la délégation voit son mandat prolongé jusqu'à qu'un conseil municipal puisse être constitué." 

Lire aussi

Fusion de communes, la solution de la dernière chance

Si le préfet peut prolonger le mandat des délégués en cas d'absence de liste pour les nouveaux scrutins communaux, ces derniers ne peuvent pas administrer une ville indéfiniment. Comme nous l'explique la préfecture de Bourg-en-Bresse, "quand la situation d'absence de candidat perdure, le préfet peut proposer une fusion de la commune concernée avec une commune voisine, qui devra ensuite être votée par le conseil municipal de cette dernière. Le nombre de sièges du conseil est réparti entre les communes fusionnées en application de la représentation proportionnelle au plus fort reste des populations municipales." 

En cas de fusion, les habitants de la ville sans candidat ne seront pas invités à exprimer leur accord ou leur désaccord. De quoi réveiller des vocations pour tous ceux qui ne voudraient pas voir leur mairie disparaître ? 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Vaccins : "Il n'y a pas de stocks cachés" assure Jean Castex

CARTE - Covid-19 : quelle est la situation épidémique dans votre département ?

Investiture de Joe Biden : le FBI craint une menace venant de la Garde nationale

L'acteur Jean-Pierre Bacri est mort à l'âge de 69 ans

Fin du "Muslim ban", retour dans l'accord de Paris... ce que Joe Biden fera dès son investiture

Lire et commenter