Municipales 2020 : seulement 23% des têtes de liste sont des femmes

Municipales 2020 : seulement 23% des têtes de liste sont des femmes

ÉLECTIONS - Malgré une égalité de genre apparente - et imposée - au sein des listes et des équipes de campagne, la parité n'atteint pas le haut de la pile. Les candidats à la mairie sont pour 77% des hommes, 23% des femmes.

Plus des trois quarts des têtes de liste pour les municipales sont des hommes. Un constat qu'on oublierait presque, les feux des projecteurs étant braqués sur les municipales parisiennes, où Anne Hidalgo, Agnès Buzyn et Rachida Dati sont en tête des sondages. Mais en analysant les 20,803 listes déposées pour toutes les communes en France, seules 4,800 sont conduites par des femmes.

La parité à moitié

Ce calcul, fait par plusieurs médias dont Le Parisien, Le Figaro ou BFMTV, met en lumière un paradoxe. Où plutôt, une certaine hypocrisie : la parité est bien respectée au sein des listes pour presque tous les candidats cette année. C'est en effet une condition imposée par la loi, depuis 2013. Dans les villes de plus de 1 000 habitants, les listes pour les municipales doivent être composées de 50 % de femmes et 50 % d'hommes.

De même, un certain nombre de programmes mentionnent des plans d'action pour l'égalité hommes-femmes et la plupart sont rédigés cette année en écriture inclusive. Des efforts encourageants qui donnent à espérer que la thématique soit préoccupante pour les politiques. Sans que la situation évolue réellement concernant la représentation des femmes dans les têtes de liste.

Qui sont les bons et mauvais élèves parmi les partis politiques ?

Bien que certains partis s'engagent plus que d'autres pour faire progresser le constat, aucun d'entre eux n'atteint la parité exacte entre têtes de liste. Europe-Ecologie-Les-Verts est le plus avancé sur la question, avec 39% de ses listes menées par des femmes. Juste derrière, les listes soutenus par La France Insoumise sont 37% à avoir une femme en tête. Le PCF arrive en troisième position dans ce classement illustré par BFMTV, avec 31% de ses listes représentées par une femme.

Les principaux partis que sont La République en Marche, Les Républicains et le Parti Socialiste sont dans la moyenne globale avec environ un quart de candidates à la municipalité.

En nombre, le Rassemblement National soutient le plus de femmes en première position : soit 86 têtes de liste. Malheureusement en pourcentage, cela ne représente que 22% du total des 389 listes présentées par le parti. Encore en dessous se trouvent les listes UDI et les listes MoDem, respectivement à 21% et à 6% menées par des femmes.

Lire aussi

Une belle progression depuis 2014

Le  Haut conseil à l'égalité entre les femmes et les hommes (HCE), dans son Etat des lieux annuel sur le sexisme publié le 2 mars 2020, écrit ainsi que "le monde politique fonctionne encore comme une chasse gardée des hommes malgré les avancées remarquables de la parité grâce aux contraintes légales". Le rapport, qui rappelle au passage que 84% des maires et 92% des présidents d’intercommunalité sont des hommes, déclare que les femmes politiques sont "sujettes à des disqualifications et incivilités" et qu'elles regrettent "qu’un réel partage du pouvoir tarde à advenir."

Malgré ces pourcentages relativement bas, il y a pourtant de l'espoir. Depuis 2014, la représentation des femmes en têtes de liste s'améliore. Seulement 17% des têtes de listes étaient alors des femmes, toujours selon le HCE. Une progression de six points qui selon la politologue Mariette Sineau, n'est pas négligeable mais au contraire, très encourageante. En espérant que le nombre de femmes élues en tant que maire progresse d'autant le 22 mars.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Le médecin de Maradona inculpé pour homicide involontaire, comment en sommes-nous arrivés là ?

Isolement des patients Covid : "Il faut arrêter de contraindre les libertés", estime le Pr Juvin

93 médicaments commercialisés en France seraient dangereux, selon la revue Prescrire

Producteur tabassé : le policier soupçonné d'avoir lancé la grenade lacrymogène placé sous contrôle judiciaire

VIDÉO - "Ça va... plus ou moins" : miraculé, Romain Grosjean donne de ses nouvelles

Lire et commenter