Municipales à Grenoble : le candidat écolo, en tête au premier tour, agressé

Municipales à Grenoble : le candidat écolo, en tête au premier tour, agressé

Politique
DirectLCI
ELECTION - Alors qu'il circulait tranquillement à vélo, Eric Piolle a été délibérément renversé. Rien de grave, mais un symbole inquiétant.

La plainte déposée par le candidat écologiste arrivé en tête au premier tour des municipales à Grenoble devrait donner lieu à une enquête qui révélera ou pas un fond politique à l'affaire. Seul fait établi pour l'heure, à l'avant-veille du second tour, Eric Piolle a été victime vendredi soir, d'une agression sur la voie publique, a-t-on appris le lendemain de source policière.

Un futur élu mis à terre d'un coup de pied

Que ses supporters et d'ailleurs tout un chacun se rassurent, M. Piolle se porte bien. "Merci pour vos messages. Mon collaborateur et moi allons bien. Plus motivé que jamais. Serein", a-t-il écrit à certains dans un SMS. La question se posait, car, alors qu'il circulait à vélo rue de Stalingrad, à Grenoble, quelqu'un l'a délibérément renversé.

Précisément, il est question d'une camionnette blanche, qui, vers 22h50 aurait ralenti à sa hauteur. Ouvrant la portière droite du véhicule, le passager aurait bondi sur la chaussée, pour le mettre à terre d'un coup de pied. Le geste est grave, mais sans conséquence pour le candidat au poste de maire, bien placé pour l'emporter dimanche sur ses rivaux socialiste, UMP et FN.

M. Piolle a déposé plainte et, outre le témoignage de la personne qui l'accompagnait à vélo, il pourra compter sur celui d'un tiers qui a assisté à la scène. Impossible pour l'heure d'affirmer que cet incident a un quelconque rapport avec les municipales et encore moins de quel camp pourrait venir le mauvais coup.

La gauche condamne unanimement, mais tous les soupçons sont permis

"Cet acte inadmissible et gravissime n'atteindra pas notre détermination", a dit Emmanuelle Cosse, la secrétaire nationale d'Europe-Ecologie-Les Verts, dont la formation, localement alliée au Parti de Gauche, "condamne fermement cette agression". Jérôme Safar, actuel adjoint au maire et candidat socialiste arrivé second au premier tour a lui aussi qualifié d'"inacceptable" cette agression et a appelé "à ce que cette campagne se déroule dans la dignité et le respect des personnes."

La ministre écologiste Cécile Duflot, le député-maire sortant de Grenoble, Michel Destot ou encore le Premier secrétaire du PS, Harlem Désir, sont unanimement montés au créneau pour dénoncer cette attaque aussi "révoltante" que "lâche" et réclamer que la lumière soit faite au plus vite. Vu les enjeux de cette quadrangulaire, il n'est pas dit cependant que l'agresseur ne soit issu de leur propre camp.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter