Municipales à Paris : Agnès Buzyn, "pleinement engagée", se maintient

Municipales à Paris : Agnès Buzyn, "pleinement engagée", se maintient
Politique

SECOND TOUR - Silencieuse depuis l'interruption de la campagne mi-mars, la candidate LaREM a annoncé mardi à son équipe qu'elle relançait la bataille en vue de second tour, faisant taire les rumeurs sur un éventuel abandon.

Agnès Buzyn conduira les troupes LaREM au second tour des municipales à Paris. La candidate, retirée de la scène publique depuis le lendemain du premier tour, a annoncé mardi à son équipe qu'elle repartait au combat, lors d'une réunion en visioconférence tenue en début d'après-midi. 

"J’ai mûrement réfléchi à la manière dont je pouvais mener cette campagne dans des circonstances exceptionnelles, politiques et personnelles. J’ai beaucoup travaillé sur le dispositif pour nous permettre d’y aller la tête haute, tenir, trouver les ressources en moi", a-t-elle indiqué à ses soutiens, ont relaté à LCI des participants. 

La candidate arrivée en troisième position le 15 mars derrière Anne Hidalgo et Rachida Dati, au terme d'une campagne difficile, s'est dite "combative",  "pleinement engagée" et "déterminée à terminer cette campagne".

Lire aussi

Silence médiatique

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Agnès Buzyn fait ainsi taire les doutes qui s'étaient installés au sein de son équipe de campagne, certains se posant même la question d'un éventuel abandon, après deux mois de silence médiatique. Ce week-end, elle avait reçu le soutien de Gérald Darmanin lors du Grand Jury, ce dernier estimait qu'elle restait "une excellente candidate pour Paris". 

Après le premier tour, la candidate LaREM avait créé la stupeur dans ses rangs après un article du Monde rapportant ses propos, où elle jugeait que le maintien de la campagne avait été "une mascarade" au regard de l'épidémie de coronavirus qui s'étendait sur le territoire. L'ancienne ministre de la Santé y expliquait aussi avoir alerté l'exécutif très tôt sur les risques d'une pandémie qui frapperait le pays. "J'aurai l'occasion de m'expliquer" à ce sujet, a-t-elle fait savoir lors de la visioconférence. 

A l'aube d'une nouvelle campagne qui s'annonce compliquée pour la majorité présidentielle, Agnès Buzyn veut incarner "une alternative centrale à Paris".

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent