Municipales : ce que Hidalgo, Belliard, Griveaux et les autres candidats proposent pour (re)verdir Paris

Image d'illustration de Paris
Politique

URBANISME - Anne Hidalgo (PS) a dévoilé dimanche 2 février ses propositions pour reverdir Paris. Alors que le projet de Benjamin Griveaux (LaREM) de créer un "Central Park parisien" à la place de la gare de l'Est a beaucoup fait parler, que proposent les candidats à la mairie de Paris ?

La végétalisation des villes fait partie de ces sujets qui seront débattus pendant la campagne des municipales. Paris n'échappe pas à la règle. Préoccupation nouvelle, tous les candidats - sauf Rachida Dati, qui ne l'affiche en tout cas pas sur son site - font des propositions pour reverdir la capitale et apporter un peu d'oxygène et de verdure dans un environnement urbain encore très bétonné. LCI fait le point sur ce que proposent les principaux candidats à la mairie de Paris.

Lire aussi

Anne Hidalgo (PS) : planter 170.000 arbres et créer des rues végétales

La maire de Paris a présenté ses propositions au Journal du Dimanche, dimanche 2 février, quatre jours avant de dévoiler son programme complet. Des propositions qui en grande majorité n'ont rien de nouveau, puisque l'édile les avaient déjà annoncées il y a quelques mois. Tout d'abord, Anne Hidalgo souhaite créer des "dizaines de rues végétales et 100% piétonnes, dans tous les arrondissements. Elles seront désimperméabilisées et enherbées (...) et formeront un grand parcours vert parisien, qui reliera les squares, jardins, parcs, cimetières quand c’est possible, à l’échelle du quartier". 

La socialiste a également remis sur la table la création de forêts urbaines. "Nous avons annoncé trois projets : derrière l’Opéra, sur le parvis de l’Hôtel de ville et devant la gare de Lyon. (…) Nous créerons une quatrième forêt urbaine au pied de la tour Montparnasse." "Nous créerons également une centaine de miniforêts urbaines – une trentaine d’arbres et de la pelouse – sur des petites parcelles de 200 mètres carrés, dans chaque arrondissement, comme cela se fait à Tokyo."

 

170.000 arbres seront plantés en 6 ans "partout où c’est possible, sur les talus, les trottoirs, les placettes, les places de parking ou les cours d’école oasis – lesquelles seront ouvertes le week-end", annonce-t-elle également. Et "à chaque fois qu’un enfant parisien naîtra, nous organiserons la plantation d’un jeune arbre par les parents, avec parrainage".

L'édile propose aussi de "débitumer et végétaliser une bonne moitié des huit hectares des quais de Seine, rive gauche et rive droite, en respectant la contrainte fixée par la préfecture de police de conserver une voie de circulation". Elle souhaite transformer "l’actuel héliport de Paris (15e)", dans le quartier Balard,  "en un vaste espace vert de 6 hectares" ; créer "le parc de la tour Eiffel et du Trocadéro, comprenant le pont d’Iéna, d’ici à 2024" et construire "deux très grands potagers urbains" à la Ferme de Paris dans le bois de Vincennes et dans le bois de Boulogne.

Benjamin Griveaux (LaREM) : un "Central Park parisien"

Le candidat de La République en marche a annoncé au JDD, dimanche 26 janvier, son souhait de déplacer la gare de l'Est pour végétaliser les rails, et faire de cet espace un "Central park parisien". "Les voies actuelles seront comblées et des arbres seront plantés sur une trentaine d’hectares", indique-t-il dans son programme, où il promet de conserver le bâtiment historique, dans un projet qui serait soumis à référendum en 2022.

L'ancien porte-parole du gouvernement écrit aussi qu'il veut végétaliser les quais de Seine et créer un grand espace de verdure, de baignade et d'activités sur l'île aux Cygnes. "Nous réaménagerons 1 hectare de parc sur l’île et 6 hectares de plan d’eau", précise-t-il.

Benjamin Griveaux propose également de rénover les 180 hectares de bois de Boulogne et de bois de Vincennes, de faire de la petite ceinture la "ceinture verte" de Paris, à l'instar de ce qu'a déjà entamé la mairie de Paris, et de réhabiliter et réaménager les jardins des Champs-Elysées. 

Lire aussi

Cédric Villani (ex-LaREM) : des plans de végétalisation par quartiers

Le candidat dissident puis exclu de La République en marche veut être le "premier maire véritablement écologiste de Paris". Pour cela, celui qui entend mettre en place une "coalition climat" prévoit notamment de "mener des plans de végétalisation de l’espace public établis à l’échelle du quartier par les citoyens et les experts", peut-on lire sur son site internet. "Les scientifiques auront notamment pour rôle de déterminer à quels endroits les espaces verts, les fontaines et les composts seront les plus utiles."

David Belliard (EELV) : de nouveaux jardins, l'arrêt de projets de construction

Les écologistes souhaitent faire de la "ville minérale" qu'est Paris une "ville nature". Selon eux il y a urgence puisque le changement climatique "oblige à transformer profondément notre ville pour l’adapter aux risques à venir". Ils veulent notamment faire voter "une modification du PLU en faveur des espaces verts en tout début de mandat" pour "empêcher toute construction en cœur d’îlot et sur les dents creuses". Cela leur permettra notamment de sanctuariser "tous les arbres remarquables qui permettent aux habitants et habitantes de profiter d’un espace de nature en bas de chez eux".

Dans chaque arrondissement, les écologistes appellent de leurs vœux la création d'une "grande zone piétonne et végétalisée". Ils souhaitent aussi planter 100.000 arbres supplémentaires dans Paris.

David Belliard souhaite mettre fin aux projets qui bétonneraient encore plus Paris. Il stoppera donc celui de Bercy Charenton (12e arrondissement) qui "prévoit la construction de six tours" et près de 600.000 m² de construction, "dont près de la moitié de surface de bureaux et centres commerciaux". "Sur les 80 hectares du projet, nous en rendrons 50 à la nature, pour créer une continuité entre le bois de Vincennes et le parc de Bercy", indique le programme EELV. Le candidat souhaite transformer en grand parc la friche ferroviaire restante d’Ordener Poissonniers (18e arrondissement). "Le projet immobilier Netter-Debergue dans le 12e arrondissement sera lui aussi abandonné et remplacé par une extension du jardin Debergue-Rendez-Vous sur toute la surface disponible", peut-on lire aussi.

David Belliard propose de végétaliser les façades et "les toits avec de la glycine, des fougères, des passiflores, des rosiers, du chèvrefeuille, des églantiers ou de la vigne vierge" ; de remplacer le bitume des lignes de tramways par un tapis végétal, comme cela se fait déjà  ; de transformer les places de parking en surface en petits jardins ; et de créer une longue promenade tout autour de Paris grâce à la petite ceinture.

Danielle Simonnet et Vikash Dhorasoo (LFI) : un RIC pour stopper les grands projets

Le duo soutenu par la France insoumise propose d'instaurer un référendum d’initiative citoyenne (RIC) pour refuser les grands projets inutiles et imposés, et pour végétaliser des toits de Paris. Comme indiqué sur son site, il souhaite aussi en "finir avec la bitumisation : ne plus utiliser de revêtements imperméables, réintroduire de la pleine terre. Un point de vigilance a été soulevé : il faut se garder de la gentrification verte, en refusant que ce soit un moyen d’exclure les classes populaires et moyennes de Paris."

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent