MUNICIPALES - Isabelle Saporta rejoint Cédric Villani : "Mon idée, c'est d'être le pont avec les écologistes"

MUNICIPALES - Isabelle Saporta rejoint Cédric Villani : "Mon idée, c'est d'être le pont avec les écologistes"
Politique

INTERVIEW - Récemment engagée en politique, la journaliste Isabelle Saporta a officialisé son ralliement à Cédric Villani, le candidat dissident de LaREM à la mairie de Paris. Compagne de l'eurodéputé écologiste Yannick Jadot, cette spécialiste des questions environnementales veut faire le "pont" entre le mathématicien et le candidat EELV afin de créer une "coalition climat" à Paris. Elle s'explique à LCI.fr sur cette stratégie, son regard sur Benjamin Griveaux et sur Anne Hidalgo.

La journaliste Isabelle Saporta a officialisé lundi 27 janvier son ralliement à Cédric Villani, candidat dissident à la mairie de Paris qui pourrait perdre son statut d'adhérent à LaREM mercredi 29 janvier en raison de la concurrence qu'il fait peser sur Benjamin Griveaux, candidat officiel. Experte des questions écologiques, celle qui partage aussi la vie de Yannick Jadot avait commencé la campagne dans l'équipe du candidat indépendant Gaspard Gantzer, avant de rejoindre le mathématicien dont elle partage le projet de "coalition climat" à Paris. Elle s'en explique sur LCI.fr. 

LCI : Vous avez annoncé cette semaine votre ralliement à la candidature de Cédric Villani. Comment ce rapprochement s’est-il fait ?

Isabelle Saporta : Nous nous sommes rencontrés à l’occasion de cette campagne, assez tôt, peu après qu’il a annoncé sa candidature. Nous avons eu très vite l’intuition qu’il fallait travailler sur le principe d’une coalition climat, qu’il fallait penser union plutôt que désunion. Cédric est, comme moi, issu de la société civile. Dans le monde de la recherche comme en entreprise, on travaille ensemble. Il ne faut pas faire semblant et prétendre s’opposer pour, finalement, s’allier au second tour et travailler ensemble au Conseil de Paris. Ça, c’est de la vieille politique. Il faut dire les choses aux gens. 

C’est le divorce acté entre Cédric Villani et Emmanuel Macron qui vous a convaincue de le rejoindre ?

C’était très important pour moi. Il fallait que Cédric Villani montre sa volonté d’indépendance, qu'il montre que cette coalition climat est plus forte que toutes les alliances d’appareil. 

Votre projet semble exclure pourtant le candidat LaREM, Benjamin Griveaux…

Pour le moment, Benjamin Griveaux n’a pas fait beaucoup de propositions écologistes. Surtout si l’écologie consiste à déplacer la gare de l’Est à Pantin pour créer une forêt urbaine, alors que l’avenir est au contraire de faire entrer les trains dans Paris, pas de les éloigner… Je n’ai d’ailleurs toujours pas compris quel était le projet de Benjamin Griveaux pour Paris. A mes yeux, c’est rédhibitoire. 

Lire aussi

"La posture d'Anne Hidalgo est problématique"- Isabelle Saporta

Le projet de la maire sortante, Anne Hidalgo, est-il également incompatible à vos yeux avec votre coalition climat ?

Je ne renierai jamais le courage qu’a eu Anne Hidalgo en prenant certaines mesures. Cela dit, elle ne veut pas faire le bilan de son mandat et dit pour l’instant "je suis seule" et "comme d’habitude, les Verts se rangeront derrière moi". La posture est problématique. Pour faire une coalition, il faut que les gens aient envie. Après, plus on est nombreux sur des propositions concrètes, mieux c’est. Sur le fond, oui, on pourrait se retrouver. Certains sont restés sur quelque chose de très "vieux monde", d’autres veulent faire des choses en commun. La coalition climat, c’est ça. 

Il y a quelques jours, on vous voyait plutôt rejoindre les écologistes. Votre ambition est clairement de préparer leur union avec Cédric Villani ?

Je discute très régulièrement avec David Belliard (la tête de liste EELV, NDLR). J’ai aussi rencontré de nombreuses têtes de listes EELV. Je crois que David Belliard a envie de construire une autre histoire. Mon idée, c’est effectivement d'être le pont avec les écologistes. 

Quelle forme prendrait votre "coalition climat" ? Un socle de propositions communes pour Paris ?

Oui. Nous souhaitons avancer sur des propositions concrètes, qui permettront aux gens de savoir pour quoi ils votent. La coalition climat n’a pas de forme juridique, c’est pour le moment un ensemble d’idées, une sorte de coalition à l’allemande. 

Allez-vous conduire une liste dans le 14e arrondissement ?

Je ne me suis pas occupée pour le moment de ma participation à une liste. J’habite dans le 14e arrondissement en effet. Mais je commence tout juste en politique. Je ne sais pas si je serai dans le 14e, ou même en tête de liste. Ce que je veux, c’est me confronter au réel. J'ai toujours un travail à côté. Je n’ai jamais eu envie de vivre par la politique. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent