Nadine Morano : 6 choses que vous ne saviez (peut-être) pas sur sa jeunesse

Nadine Morano : 6 choses que vous ne saviez (peut-être) pas sur sa jeunesse

UNE FILLE DE L'EST - Nous poursuivons notre série sur la jeunesse des politiques dans le cadre des candidatures pour la primaire de la droite et du centre. Après Alain Juppé et Bruno Le Maire, voici Nadine Morano, personnalité polémique de la droite, récemment écartée de l'état-major par Nicolas Sarkozy. Si l'ex-ministre s'expose beaucoup, elle se raconte peu. Voici ce que l'on sait de sa jeunesse.

Nadine Morano et ses propos sur la "race blanche". Nadine Morano seule contre tous chez Les Républicains. Nadine Morano reine du dancefloor lors d'une soirée des jeunes ex-UMP. L'ex-ministre de Nicolas Sarkozy, 52 ans, mère de trois enfants, grand-mère d'un petit garçon, n'a jamais rechigné à faire parler d'elle, en bien comme en mal. Mais sur sa jeunesse dans une cité HLM de Nancy, celle qui fait de son parcours un modèle de méritocratie républicaine s'est finalement peu épanchée. Voici ce que l'on sait d'elle.

À LIRE AUSSI
>> Bruno Le Maire : 7 choses que vous ne saviez peut-être pas sur sa jeunesse

>> 8 choses que vous ne saviez peut-être pas sur la jeunesse d'Alain Juppé

 Elle a grandi au 5e étage d'une tour de cité
"J'ai une vraie expérience de la vie dans les cités puisque j'y suis née et que j'y ai vécu jusqu'à l'âge de 23 ans", racontait celle qui était alors députée, en juin 2006 dans l'émission de Thierry Ardisson, "Tout le monde en parle". Plus exactement : au 5e étage d'une tour de la cité du Haut-du-Lièvre, avec ses immenses barres nommées Le Cèdre bleu, le Sycomore blanc, le Hêtre pourpre, dont certaines ont récemment été rasées pour les besoins de la rénovation urbaine. A l'époque, "les appartements étaient bien conçus, avec une salle de bains à l'intérieur […] Il y avait deux centres commerciaux, des cours de danse, de piano, de couture."


"C'était une cité où la mixité sociale fonctionnait bien", ajoute-t-elle, précisant qu'à l'époque, "il y avait trois familles africaines", dont une au sein de laquelle elle a rencontré "sa meilleure amie, qui l'est toujours aujourd'hui".  La fameuse "amie noire" qui a fait couler tant d'encre . Après, dit-elle, le quartier s'est transformé en "ghetto". Pour avoir une idée de cette cité à l'orée des années 1970, voici cette archive tirée d'un reportage de l'époque. On y entend l'un des concepteurs de ce quartier expliquer qu'il a été construit "à 90 %" par des ouvriers immigrés.


 Elle n'a pas eu une enfance malheureuse
"J'étais parfaitement heureuse", expliquait aussi Nadine Morano en 2006. "On ne partait pas en vacances mais on n'était pas malheureux". Du coup, elle jouait au pied de son immeuble. Et faisait "les courses chez Cora entre Noël et le jour de l'an". Sa vie était en fait concentrée dans ce quartier : sa maternelle, son école primaire… Ce n'est qu'au collège que son père décide de la placer ailleurs, dans un établissement privé du centre de Nancy. "A Nancy, quand vous disiez que vous veniez du Haut-du-Lièvre, il y avait une connotation", explique-t-elle dans un reportage d'Envoyé Spécial qui lui est consacré en décembre 2011, alors qu'elle est ministre. "Je me rappelle une amie, Marisol, qui était d'une famille bourgeoise. Ses parents ne voulaient pas qu'on joue ensemble. Quand j'ai été élue députée, elle m'a téléphoné. Elle avait dit à sa mère : 'tu as vu la gosse du Haut-du-Lièvre, ce qu'elle est devenue ? Ça m'a fait plaisir."

 Elle jouait aux poupées dans un poids lourd
Son père, Michel (décédé en 2011), était chauffeur de poids lourds, plus exactement de 38 tonnes. Cet "ardent gaulliste" emmenait donc sa fille à bord, en fin de semaine, "avec toutes ses poupées", raconte-t-elle dans Paris Match en 2009 . Ensemble, ils écoutent "Les routiers sont sympas", présenté par Max Meynier, sur RTL. Ça ressemblait à ça :


 Avec sa mère, ça ne rigolait pas
Sa mère, Monique, ex-standardiste dans une compagnie de taxis, est d'origine italienne. Le grand-père maternel élevait les moutons dans les alpages du Piémont. Cette mère avait des principes à l'ancienne : "Comme tout parent", racontait cette dernière en 2009, "j'ai dû fixer à Nadine des limites pour qu'elle respecte les heures de rentrée et de sortie, que ne se farde pas trop et qu'elle s'habille correctement. Je voulais qu'elle réussisse ses études". 

 La jeune Pucelle, majorette à ses heures, a raté sa vocation de bonne sœur
Pour cadrer leur fille, les parents de Nadine Morano ont eu l'idée de la placer chez les sœurs dominicaines de Nancy. Elle a beau s'appeler Nadine Pucelle (un patronyme dont le père a obtenu le changement en "Pugelle" en 1976 par un décret de Jacques Chirac – le nom Morano viendra de son futur-ex-mari), cet horizon ne lui convient pas vraiment. "A partir de la puberté, je me suis dit 'sœur, ça ne doit pas être fait pour toi''', témoigne-t-elle en 2006 chez Ardisson. "J’ai un peu changé de cap". En effet : Nadine Morano s'est notamment essayée à la vocation de majorette.

► Elle a été groupie de Jacques Chirac
Agée de 23 ans, l'étudiante de la fac de droit de Nancy devient déléguée des jeunes RPR de Meurthe-et-Moselle. Comme elle le fera plus tard avec Nicolas Sarkozy, elle voue alors un culte à Jacques Chirac. En bonne groupie, elle est particulièrement friande des autographes, comme celui-ci qu'elle a partagé sur son compte Instagram.

"J'avais 25 ans, il m'a fait la bise", raconte-t-elle dans le portrait d'Envoyé Spécial. "Tout le monde m'a dit de ne pas me laver de la journée pour garder la trace. Qu'est-ce qu'il était beau !" C'est de cet échange que naîtra vraiment sa carrière politique. Mais la suite de l'histoire, on la connaît mieux.

À LIRE AUSSI
>> "Race blanche" : Nadine Morano visée par une plainte
>> Primaire à droite : le point sur les candidats et leurs soutiens

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - "Hautement transmissible", le variant Omicron exige une "action urgente", selon le G7

Covid-19 : que sait-on des symptômes du variant Omicron ?

VIDÉO - "Ça ne finit pas de tomber" : la galère des automobilistes bloqués par la neige sur l’A89

EN DIRECT - Présidentielle 2022 : Éric Zemmour reconnaît un geste "fort inélégant" au lendemain de son doigt d'honneur

Covid-19 : de l'école primaire au collège, les changements attendus à partir de ce lundi

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.