Nadine Morano tente d'empêcher Rachid Nekkaz de payer une amende pour port de niqab

Politique

ALTERCATION - L'ex-ministre Nadine Morano s'est invitée vendredi devant le centre des impôts de Toul pour tenter d'empêcher l'homme d'affaires Rachid Nekkaz de venir payer l'amende d'une contrevenante à la loi anti-niqab. "Tu ne passeras pas", a-t-elle lancé à son interlocuteur.

Comme à son habitude, l'homme d'affaires d'algérien Rachid Nekkaz s'est rendu vendredi dans un centre des impôts pour régler l'amende d'une femme verbalisée pour port du niqab. Mais c'était sans compter sur la députée européenne Nadine Morano, qui n'a pas vraiment apprécié que le provocateur se présente dans son fief de Toul (Meurthe-et-Moselle).

L'ex-ministre, qui l'attendait face au centre des impôts avec une vingtaine de sympathisants, a tenté de faire barrage de son corps pour l'empêcher d'aller régler la contravention. Dans un tweet, vendredi après-midi, elle accuse au passage Bernard Cazeneuve et le préfet du département d'avoir fourni à l'homme d'affaires une "protection policière". 

Rachid Nekkaz, qui avait annoncé sa venue sur Facebook, est arrivé au centre des finances publiques vers 15 heures. Il a brandi une enveloppe contenant le chèque pour régler "la 1170e amende" depuis la loi de 2010 interdisant le port du voile intégral. Nadine Morano a refusé de serrer la main de quelqu'un "qui ne respecte pas la loi". 

"Tu ne passeras pas", a lancé l'ancienne ministre. "Ne me touchez pas", a-t-elle aussi lancé à des personnes qui l'entouraient, "vous savez que j'ai l'immunité parlementaire". L'altercation a déclenché l'intervention de la police, qui a demandé à l'élue de faire un passage à Rachid Nekkaz. 

Même la police fait en sorte d'ouvrir la voie à Rachid Nekkaz, je ne pensais pas que la France tomberait si bas- Nadine Morano

"Je ne représente aucun trouble à l'ordre public", a répondu l'homme d'affaires, qui a affirmé s'inscrire dans une "position voltairienne et pacifiste", répétant être "opposé à titre personnel au port du niqab". 

"Vous détournez la loi (...) Personne n'est dupe de la manière dont vous êtes en train de répandre l'islam en France", lui a rétorqué l'eurodéputée, qui réclame "l'expulsion immédiate" du militant et "le blocage de ses comptes bancaires". Rachid Nekkaz a pu quitter l'hôtel des impôts par une autre porte de sortie.

Lire aussi

    Lire et commenter