Neige et verglas : Eric Woerth choqué par "le manque d'empathie" du gouvernement face aux Français

INVITE - Le député Les Républicains Eric Woerth, président de la commission des Finances à l'Assemblée, était l'invité de LCI jeudi matin. L'ancien ministre est revenu sur les grands thèmes d'actualité, la Corse, l'économie française ou encore la plainte contre Gérald Darmanin.

L'ancien ministre Eric Woerth, député Les Républicains et président de la commission des Finances à l'Assemblée nationale, était l'invité jeudi matin d'Audrey Crespo-Mara. Voici ce que l'on peut retenir de l'entretien. 

La gestion des intempéries

"Je ne fustige personne. Ce n'est pas le premier épisode neigeux et je sais que cela désorganise", a estimé Eric Woerth, alors qu'une partie de l'opposition critique la façon dont le gouvernement a géré l'épisode neigeux. "La vraie question, c'est l'information. On n'informe pas assez la population". Et d'ajouter malgré tout : "J'ai été choqué tout de même par l'absence du gouvernement. Il y a eu peu de prises de positions, une sorte de manque d'empathie".

La victoire de LR aux législatives partielles

"Je ne sais pas si c'est l'effet Laurent Wauquiez, mais il y a un effet de réorganisation de la formation politique des Républicains", estime Eric Woerth. "Il y a aussi une prise de conscience des Français que le gouvermement ne mène pas des réformes très profondes. Et une forme de panique à bord et peut-être un peu d'usure du président de la République."

Le rapport de la Cour des comptes

Après la publication du rapport de la Cour des comptes, le président de la Commission des finances a fustigé la politique économique du gouvernement, estimant que "la croissance aujourd'hui sert à boucher des trous pour réduire les déficits publics. Cela devrait inciter le gouvernement à aller plus loin dans les réformes. On est dans un pays où la dette et la dépense publique augmentent, et où le gouvernement veut réduire les déficits en demandant seulement aux collectivités locales et à la Sécurité sociale d'être en excédent". Pour Eric Woerth, qui répète qu'il faut agir sur "le coût du travail trop élevé", il faut "tout axer" sur le soutien aux entreprises, "dont les carnets de commande sont pleins". 

Emmanuel Macron en Corse

"C'est une étrange visite de profiter des 20 ans de la mort du préfet Erignac pour faire la leçon aux Corses", juge Eric Woerth. Pour ce dernier, "intégrer la Corse dans la Constitution", comme l'a annoncé Emmanuel Macron mercredi, "c'est tout de même une forme de reconnaissance de l'identité. C'est une brèche dans l'indivisibilité de la République. Si l'on commence à citer les régions dans la Constitution, cela n'a pas aucun sens. Quand on change la Constitution, il faut avoir la main tremblante."

Gérald Darmanin visé par une plainte

Lui-même inquiété par la justice notamment dans l'affaire Bettencourt, Eric Worth a réitéré son appel à la prudence concernant Gérald Darmanin, visé par une plainte pour viol, et dont Laurent Wauquiez souhaite la démission du gouvernement. "J'ai une expérience, plus que d'autres, en la matière. Si sur une simple dénonciation on fait démissionner quelqu'un, on peut faire démissionner tout un gouvernement. Le tribunal de l'opinion est épouvantable. J'ai trop vu des personnes crier, sauter sur leur chaise en appelant à la démission. Gérald Darmanin doit s'expliquer devant la justice. 

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La présidence Macron

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter