VIDÉO - "Un de perdu, dix de retrouvés": Dupont-Aignan réagit au ralliement de son porte-parole à Le Pen

VIDÉO - "Un de perdu, dix de retrouvés": Dupont-Aignan réagit au ralliement de son porte-parole à Le Pen

FRONDE - Le président de Debout la France et candidat à la présidentielle de 2022 a réagi au départ du porte-parole du parti, Jean-Philippe Tanguy, qui a préféré rejoindre le Rassemblement national.

La rupture est consommée. Invité ce dimanche soir d'"En Toute Franchise" sur LCI, Nicolas Dupont-Aignan est brièvement revenu sur le départ de son porte-parole, Jean-Philippe Tanguy, qui rejoint Marine Le Pen en vue de l'élection présidentielle de 2022. 

"C'est son choix", a déclaré le président de Debout La France qui évoque là le départ d'une seule personne, "un de perdu dix de retrouvés!". "S'il y en a qui veulent faire carrière, qu'ils aillent faire carrière ailleurs", a-t-il enfin cinglé.

Lire aussi

Accusé de mener le parti dans une "impasse"

Dans un entretien accordé à nos confrères du Figaro, Jean-Philippe Tanguy explique motiver son choix par la stratégie de son président qui a d'ores et déjà annoncé sa candidature l'élection présidentielle de 2022.

Selon lui, Nicolas Dupont-Aignan "mène Debout la France dans une impasse", estimant que son président a trahi l'"immense espoir" né de son ralliement à Marine Le Pen durant l'entre deux tours de l'élection présidentielle de 2017. Jean-Philippe Tanguy, qui anticipe la présence de Marine Le Pen au second tour de 2022, appelle par conséquent Nicolas Dupont-Aignan à "renouer avec sa ligne de rassemblement des patriotes"

Appel à une primaire de la droite

Un pronostic que ne partage pas du tout son ancien président qui compte bien l'emporter face au chef de l'Etat. "Je ne suis pas du tout sûr qu'elle (Marine Le Pen, ndlr) puisse être au second tour et en tout cas moi j'y aspire [...] il y a une autre voie pour la France que ce duel entre Marine Le Pen et Emmanuel Macron et je suis convaincu que je peux apporter ma pierre à l'édifice", a soutenu Nicolas Dupont-Aignan sur notre antenne. 

S'il ne renie pas son soutien à Marine Le Pen à la présidentielle, le président de Debout la France explique que ce choix résultait d'une volonté de ne pas voir Emmanuel Macron à l'Elysée, "mais j'ai toujours pensé que le duel Macron-Le Pen est une tragédie pour le pays", a-t-il ajouté en soulignant que cette ligne était celle du bureau national du parti.

"Je suis convaincu qu'on gagnera demain s'il y a une vaste primaire (...) qui permettrait que les Français, les patriotes, les républicains qui veulent en finir avec Emmanuel Macron mais qui ne veulent pas la chienlit de la gauche puissent choisir leur candidat", a-t-il exposé, citant son nom, celui de Marine Le Pen et celui du chef de file des sénateurs LR au Sénat Bruno Retailleau comme choix possibles. Une proposition restée lettre morte jusqu'ici.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Loi "sécurité globale" : 62 blessés parmi les forces de l'ordre, 81 interpellations

93 médicaments commercialisés en France seraient dangereux, selon la revue Prescrire

Combien de convives autour de la table pour Noël et le jour de l'An ?

Nombre de convives, aération... quels conseils pour passer des bonnes fêtes de fin d'année ?

Covid-19 : premier décès d'un volontaire aux tests pour un vaccin

Lire et commenter