Nicolas Sarkozy "regrette" son caractère quand il était à l'Elysée

Nicolas Sarkozy "regrette" son caractère quand il était à l'Elysée

MEA CULPA - Le président des Républicains a répondu aux lecteurs dans l'édition de vendredi du Parisien. L'occasion de revenir sur les erreurs qu'il a pu commettre lors de ses années de président de la République.

Nicolas Sarkozy fait son mea culpa. Dans l'édition de vendredi du Parisien, le patron des Républicains répond aux questions des lecteurs et se prononce sur un certain nombre de sujets d'actualité, de la crise des migrants ("je ne comprend rien à ce qu'a fait la communauté internationale en Syrie depuis trois ans" aux 35 heures, qu'il est nécessaire selon lui de "supprimer". Mais l'ancien président de la République en profite également pour faire acte de repentance pour ses dérapages, et se poser en "sage" ayant appris de ses erreurs.

"Il y a beaucoup de choses que je refais différemment"

Il revient ainsi sur les divers couacs qui ont pu émailler ses cinq années passées à l'Elysée. "J'étais un peu bulldozer", reconnaît-il ainsi en réponse à une question sur son tempérament. "J’ai tellement de convictions que je vais parfois trop rapidement à la réponse. Le parler-vrai peut devenir un parler-brutal. Et cela peut blesser. Je le regrette après", ajoute-t-il encore, avant d'assurer prendre désormais "plus de précautions".

Nicolas Sarkozy évoque également le "casse-toi, pauvre con" adressé en 2008 à un visiteur dans les allées du Salon de l’agriculture. "J'ai des regrets. Car j'ai cédé à une provocation. Une personne m'avait insulté, c'était son droit après tout. Je n'aurais pas dû lui faire de publicité", estime-t-il avec le recul. "Oui, il y a beaucoup de choses que je referais différemment", conclut-il.

A LIRE AUSSI
>>
Nicolas Sarkozy repasse à l'offensive sur l'immigration
>>
Nicolas Sarkozy assume ses vacances bling-bling en Corse

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Euro : Emmanuel Macron et Angela Merkel mettent en garde contre le variant Delta

EN DIRECT - Affaire Jubillar : l'avocat de Cédric Jubillar met en garde contre "une erreur judiciaire"

La machine à laver, le véhicule mal garé, le podomètre : ces éléments qui ont fait basculer l'affaire Jubillar

VIDÉO - "Ça va la claque que tu t'es prise ?" : Emmanuel Macron interpellé par un écolier

Sommet États-Unis/Russie : le cadeau "Made in USA" de Joe Biden à Vladimir Poutine

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.