Nicolas Sarkozy s'attire les foudres à gauche après ses propos dans Quotidien

Nicolas Sarkozy s'attire les foudres à gauche après ses propos dans Quotidien
Politique

POLÉMIQUE - L'ancien président de la République Nicolas Sarkozy a provoqué de nombreuses réactions politiques outrées à gauche après avoir semblé associer les mots "singe" et "nègre" dans l'émission Quotidien jeudi soir.

Invité de l'émission Quotidien de Yann Barthès sur TMC à l'occasion de la  sortie de son livre "le temps des tempêtes", Nicolas Sarkozy a déclenché des réactions outrées d'une partie de la gauche jeudi soir qui l'a accusé de racisme après des propos où il semblait associer les mots "singes" et "nègres". 

L'ex-président de la République critiquait "les élites qui se pincent le nez, qui sont comme des singes, qui n'écoutent personne, cette partie des élites qui se regardent dans une glace" lorsqu'il poursuit : "Je ne sais plus. On a le droit de dire singe ? Non parce que (rires) on a plus le droit de dire les... On dit quoi maintenant, 'Les dix petits soldats', c'est ça ? Elle progresse la société", ironise-t-il en faisant référence au titre du roman d'Agatha Christie, les "10 petits nègres" rebaptisé en "Ils étaient dix" avec le mot nègre remplacé par "soldat".

"Mais si vous voyez le livre [d'Agatha Christie] on a plus le droit maintenant... Donc on a peut être plus le droit de dire 'singe' sans insulter personne", continue Nicolas Sarkozy qui critiquait  "cette partie des élites qui se regardent dans une glace."

Les propos de l'ancien chef de l'Etat ont immédiatement suscité des réactions nombreuses, notamment de la part de responsables politiques de gauche.

Un "naufrage raciste" pour Yannick Jadot

"Nicolas Sarkozy en plein naufrage raciste !" a immédiatement commenté l'eurodéputé écologiste Yannick Jadot sur Twitter. Suivi par Audrey Pulvar, adjointe d'Anne Hidalgo à la mairie de Paris, qui s'est dite "interdite" devant cet extrait. "Mon coeur bat la chamade, je tremble et j'ai la tête qui tourne. Dégoût ? Honte (pour vous) ? Je ne sais. Nous étions des nègres, nous voilà singes."  Le chef du parti socialiste, Olivier Faure, a quant à lui répliqué : "Ainsi donc un ancien président de la République française associe spontanément les singes aux 'nègres'... le racisme sans masque" 

"Au-delà du débat sur ce que l'on a le droit de dire ou pas, Nicolas  Sarkozy comprendra-t-il que le plus gênant dans cette séquence, c'est la  rapidité avec laquelle son cerveau associe le mot 'singe' au mot 'nègre' ?", a  dénoncé le député et numéro deux de LFI Adrien Quatennens.   La députée France Insoumise Danielle Obono - dépeinte il y a peu en esclave dans une fiction dessinée raciste du magazine Valeurs Actuelles - a légendé la séquence d'un "Nicolas 'On-Peut-Pu-Rien-Dire' Sarkozy, petit ex-président de la République française, grand inspirateur de la droite/droite extrême/extrême-droite décomplexées". Son homologue Eric Coquerel parle lui d'un "racisme vulgaire".

"15 ans après le "karcher", "la racaille" et après avoir contaminé la quasi totalité des partis politiques (gauche comprise), la boucle est bouclée", a estimé pour sa part le député du groupe Ecologie, démocratie et solidarité Aurélien Taché.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent