NKM : "Une victoire en trompe-l'oeil"

NKM : "Une victoire en trompe-l'oeil"

Politique
DirectLCI
FEU ! - Très remontée après l'annonce de son éviction de la direction du parti "Les Républicains", la future ex-numéro 2 de la formation n'a pas mâché ses mots, mardi 15 décembre sur France Info.

"Une victoire en trompe-l'oeil". C'est sans prendre de gants que Nathalie Kosciusko-Morizet, numéro 2 de "Les Républicains" vouée à quitter la direction du parti d'opposition début 2016, a commenté le succès de la droite aux élections régionales, dimanche 13 octobre (sept régions remportées, cinq pour la gauche, une pour les nationalistes). "Sans la gauche, la droite aurait remporté moins de régions"... certainement au profit du FN, dont elle a rappelé le profil "d'ennemi" de la droite.

La députée de l'Essonne, qui a fait parler d'elle dans l'entre-deux-tours des régionales en critiquant la ligne "ni PS, ni FN" décidée par le bureau national de LR, a un peu plus délié sa langue au micro de France Info, mardi 15 décembre. Et joué l'étonnement au sujet de son éviction, après avoir trouvé cette manœuvre digne de pratiques "staliniennes" : "Je trouve paradoxal, alors qu'on prétend ouvrir un débat sur la ligne d'un parti, d'écarter ceux avec qui on n'est pas d'accord."

Vers la primaire de 2016

Et l'ancienne ministre de l'Environnement d'imaginer la suite des opérations : "Et après, ce sera quoi ? Alain Juppé, il part ? Benoist Apparu aussi ? Les militants qui ne sont pas d'accord, ils vont ailleurs ?" A noter également, quelques tacles bien sentis à l'adresse de Nicolas Sarkozy, évoqué sans être guère nommé, lorsqu'elle lâche un peu glorieux "réactionnaire" : "On parle très souvent du passé au lieu de parler de l'avenir."

Les sorties de NKM le prouvent : il faudra compter sur elle pour défendre la ligne de la droite modérée. "Je me battrai pour la partager", assure-t-elle, sans oublier de se placer pour la primaire de la droite en vue de la présidentielle 2017. "Après les événements des régionales, c'est une question qui se pose." Nicolas Sarkozy était débarrassé de Xavier Bertrand , le voilà qui va peut-être devoir ferrailler avec son ancienne porte-parole de la campagne de 2012.

EN SAVOIR +
>> NKM déclare la guerre à Sarkozy
>> NKM et Sarkozy : leur rupture en 9 phrases choc

>> NKM critique ouvertement le "ni-ni" de Sarkozy

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter