Non, Edouard Philippe n'a pas dit : "Ils pourront prendre leur retraite à 60 ans s’ils meurent à 60 ans"

Non, Edouard Philippe n'a pas dit : "Ils pourront prendre leur retraite à 60 ans s’ils meurent à 60 ans"
Politique

À LA LOUPE – Cette citation, partagée par un site parodique, est prise au sérieux par de nombreux internautes peu regardants sur leurs sources. LCI a analysé ce "faux", plutôt bien conçu.

Dévoilée mercredi par le Premier ministre, la réforme des retraites suscite la colère chez de nombreux salariés. Une contestation qui s'exprime dans la rue, mais aussi sur Facebook, à travers des publications massivement repartagées. Grâce à des outils d'analyse avancés, un membre du réseau de factchecking "CrossCheck", dont fait partie LCI, a identifié un article polémique, suscitant près de 30.000 interactions, dont une grande proportion de "grrr" (l'équivalent du like utilisé pour signifier sa colère).

L'information qui suscite l'indignation de beaucoup d'internautes est une citation attribuée à Édouard Philippe. Si l'on en croit l'article qui la reprend, il aurait déclaré : "Nos concitoyens ont des attentes sur la question de la retraite. Le but c’est qu’ils comprennent qu’ils peuvent attendre encore un peu. Honnêtement ils pourront prendre leur retraite à 60 ans s’ils meurent à 60 ans mais faut pas se leurrer, on va devoir augmenter le temps de travail et l’âge de départ à la retraite. Faut juste trouver un moyen de faire passer la pilule."

Pour repérer la supercherie, il fallait cliquer

Sur Facebook, outre le titre (ici calqué sur ceux que l'on peut habituellement trouver dans les médias généralistes), le nom de la source s'affiche sous l'image d'illustration. L'article trompeur qui a créé la confusion provient d'un site parodique intitulé "franchetvinfo", qu'une lettre seulement sépare son adresse de celui de nos confrères de "francetvinfo". Un œil distrait pourrait se laisser berner, d'autant que le logo utilisé et qui s'affiche dans l'onglet du navigateur internet ressemble à s'y méprendre à celui du média public.

Lire aussi

Si, sur la forme, le site semble assez convaincant, il suffit de cliquer sur le lien pour lire l'article afin de repérer la supercherie. Ce que n'ont semble-t-il pas fait une large part des internautes à avoir cliqué sur "partager". En effet, outre la dimension très provocatrice de la citation attribuée au Premier ministre – susceptible de nous mettre la puce à l'oreille –, certains passages de l'article laissent transpirer sans ambiguïté le caractère parodique. 

Pour s'en convaincre, voici le récit de cette scène fictive, telle que présentée par "franchetvinfo" : "L’indignation est instantanée dans l’Assemblée Nationale, le Premier ministre se fait huer dès son entrée, Mélenchon lui lance ce qui semble être une bouteille remplie d’urine, Marine le Pen crie à la diabolisation incessante de son parti. Un groupe de Femen est immédiatement entré dans les locaux de l’assemblée tout comme 47 gilets jaunes et monsieur Martinez avec un stand à merguez, venus montrés à quel point la réforme les indigne."

Des internautes vigilants

Fort heureusement, une bonne partie des lecteurs tombés sur cet article humoristique l'ont accueilli avec du second degré. Beaucoup ont d'ailleurs émis dans les commentaires leurs réserves, insistant sur le fait qu'il ne s'agissait pas d'une source médiatique fiable. 

Néanmoins, il faut noter qu'une internaute, après avoir partagé le lien sans préciser le caractère parodique du contenu, a été contrainte d'éditer son message originel. Face aux réactions de colère qu'elle a observées, en "vu que ça n'a pas été compris", elle s'est résolue à souligner qu'il s'agissait d'une publication à ne pas prendre au pied de la lettre.  

Toute l'info sur

L'info passée au crible

Vous souhaitez réagir à cet article, nous poser des questions ou nous soumettre une information qui ne vous paraît pas fiable ? N'hésitez pas à nous écrire à l'adresse alaloupe@tf1.fr

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Covid-19 : la France a-t-elle vraiment les plus mauvais chiffres en Europe ?

Erdogan invite Macron à "se faire soigner", l'Élysée dénonce des "propos inacceptables"

EN DIRECT - La situation est "hors de contrôle" : le constat amer de l'infectiologue Karine Lacombe sur LCI

Covid-19 : pourquoi les masques en tissu n'ont plus la cote auprès des Français

CARTE - Voici la liste des 54 départements désormais sous couvre-feu

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent