Notre-Dame de Paris : dons, reconstruction, enquête... les précisions du ministre de la Culture

Politique

Toute L'info sur

Incendie à Notre-Dame : un symbole de Paris dévasté par le feu

MISE AU POINT - Un peu plus de deux semaines après l'incendie qui a ravagé la cathédrale Notre-Dame de Paris, le ministre de la Culture a accordé un long entretien au "Parisien". Il balaye tous les sujets, à commencer par celui des dons.

Après l'effroi, place aux questions et à l'organisation des travaux. Ce jeudi 2 mai, le projet de loi encadrant la reconstruction de l'édifice sera examiné en commission. Dans le texte, il sera question notamment de la création d'un établissement qui gèrera le chantier ou encore du dispositif fiscal pour les donateurs. L'occasion pour le ministre de la Culture, Franck Riester, de faire le point sur plusieurs dossiers chauds dans Le Parisien.

Les dons

Sur la question des dons, le ministre a tenu à rassurer quant à la future utilisation des sommes récoltées : "J’entends des gens qui disent qu’il y aura trop d’argent. Mais c’est un chantier qui va être extrêmement coûteux. La gestion de ces dons sera totalement transparente. Ils iront à Notre-Dame de Paris, pas à autre chose." Franck Riester pointant du doigt au passage les critiques faites "aux gens généreux". En effet, certaines grandes familles comme Pinault, Arnault ou Bettencourt avaient versé de grosses sommes d'argent, rapidement critiquées pour récupération.

Le ministre de la Culture ajoutant que, s'il manquait de l'argent, "l'Etat sera là pour assurer le financement au-delà du budget annuel".

Comment reconstruire ?

Franck Riester s'est également longtemps penché sur la reconstruction de Notre-Dame. A commencer par le calendrier fixé par Emmanuel Macron. Il met l'accent sur la "qualité du chantier" plus que sur la rapidité. "C’est bien que le président ait fixé un objectif ambitieux, c’est comme ça qu’on motive les équipes (…) On ne mélange pas vitesse et précipitation". La veille, plus de 1000 experts avaient émis des doutes et critiqué ce délai de cinq ans dans une tribune du Figaro. "Je comprends cette crainte. Mais il n’est absolument pas question de remettre en cause les principes fondamentaux de la préservation du patrimoine. J’en suis le garant", avance Franck Riester.


Alors que le projet de loi évoque de nombreuses dérogations concernant les futurs travaux, l'urbanisme ou les marchés publics, encore une fois, le ministre de la Culture a tenu à tempérer. "On se donne la possibilité de travailler par ordonnances pour assouplir un certain nombre de règles, oui. Mais uniquement pour gagner du temps sur les démarches administratives."

Sur le visage que la cathédrale revêtira dans le futur, Franck Riester reste plus évasif.  "Il va y avoir un concours d’architectes pour la reconstruction de la flèche. Une fois que toute cette créativité se sera exprimée, on verra quelle est la meilleure option : soit restaurer à l'identique et on a tout pour le faire, soit créer quelque chose de nouveau. Mais ça ne veut pas dire qu’on ne respectera pas l’histoire de Notre-Dame", a-t-il précisé. Sachant que l'Etat sera le dernier à trancher.


Franck Riester s'est par ailleurs montré favorable à une ouverture au public pendant les travaux. "On souhaite que pendant cette période, il y ait un dispositif pour montrer au public ce qu’est Notre-Dame, exposer des œuvres de la cathédrale, mais aussi des éléments autour de l’incendie."

En vidéo

Les images de la bâche provisoire sur Notre-Dame filmées par un drone

Enquête

Enfin sur l'incendie et l'enquête toujours en cours, Franck Riester n'a pas fait de grandes révélations. "A priori, le feu est parti au niveau de la flèche pour une raison que l'on ignore", a-t-il dit, tout en stigmatisant les discours de certains. "Ceux qui parlent de manque d’entretien de Notre-Dame, de manque de moyens pour sa restauration, font des raccourcis scandaleux."


Tous les éléments fragiles ont été mis en sécurité. Le ministre de la Culture a demandé un audit "dans les 87 cathédrales qui appartiennent à l'Etat" sur la sécurité. Un budget plus important pourrait être alloué à ce domaine à l'avenir.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter