VIDÉO - Notre-Dame-des-Landes : la mise en garde de Royal suscite la colère de la majorité

DirectLCI
"IL FAUT ARRÊTER LES FRAIS" - Au lendemain des propos de Ségolène Royal préconisant l'arrêt du projet d'aéroport à Notre-Dame-des-Landes, les élus de Loire-Atlantique mais aussi le patron du députés PS ne cachent pas leur exaspération.

Alors que Manuel Valls assure que l'évacuation des occupants du site de Notre-Dame-des-Landes "se fera" dès cet automne, malgré "des craintes de violences", Ségolène Royal a jugé dimanche qu'il valait "mieux arrêter les frais". Une mise en garde qui passe mal au sein de la majorité.


Interrogé sur France 2, le chef de file des députés PS, Bruno Le Roux, a ainsi accusé ce lundi matin la ministre de l'Ecologie de prendre "le contre-pied de la démocratie". "Quand il y a eu un référendum, on respecte ce référendum (ndlr : en juin dernier, les habitants de la Loire-Atlantique se sont exprimés à 55% en faveur de la construction de cet aéroport). On n'est plus sur un débat politique aujourd'hui, a fait savoir ce proche de François Hollande. "Les habitants du département ont tranché, la justice a tranché. (...) On ne revient pas sur la parole du Premier ministre (...) et on ne joue pas avec la démocratie".


Proche du Premier ministre, le maire d’Evry, Francis Chouat, dénonce, lui aussi, la volonté de Ségolène Royal de "fouler au pied la consultation" sur Notre-Dame-des-Landes. 

Les propos de la ministre ont également fait réagir le syndicat mixte aéroportuaire (SMA), qui regroupe les 22 collectivités locales favorables au projet. Dans une déclaration commune, le président (LR) de la région Pays de la Loire, Bruno Retailleau, la maire (PS) de Nantes, Johanna Rolland, son homologue (PS) de Saint-Nazaire, David Samzun, et le président (PS) du conseil départemental de la Loire-Atlantique, Philippe Grosvalet, appellent notamment François Hollande et Manuel Valls à "recadrer" Ségolène Royal.


"De telles déclarations sont totalement irresponsables car elles apparaissent clairement comme un encouragement à la violence envers les forces de l'ordre", écrivent-ils. "Après 156 décisions de justice, plus de 200 exactions commises (...), Mme Royal est bien la seule à croire encore à la volonté des opposants d'un dialogue 'à bâtons rompus'", ajoutent-ils.

EELV soutient Royal

"C'est totalement inédit de voir une ministre ne pas respecter les arbitrages du gouvernement ni l'expression du suffrage universel", déplore de son coté le président du groupe PS à la région Pays de la Loire, Christophe Clergeau, dans Le Parisien. "On se demande s'il y a encore un pilote dans l'avion et il faut impérativement que le président de la République prenne position pour arrêter ce bazar", s’interroge-t-il.  Le président de l'association "Les Ailes pour l'Ouest", qui milite en faveur de la construction de l'aéroport, Alain Mustière, estime pour sa part que la ministre "souffle sur les braises et cautionne l'opposition illégale à un projet qui a suivi tous les processus démocratiques". 


Soucieux d'éteindre la polémique, le Premier ministre a tenu à calmer le jeu ce lundi après-midi.  "Ségolène Royal affiche une préoccupation que je partage, qui est celle d'éviter toutes les violences (...) Mais moi comme chef du gouvernement, je  dois faire respecter l'autorité de l'Etat", a-t-il expliqué. "Ce que je demande ce n'est pas qu'on obéisse ou qu'on se conforme à la décision du Premier ministre mais qu'on respecte le vote des électeurs, c'est tout simplement ça qui fonde la démocratie, et je connais l'attachement de Ségolène Royal et à l'ordre juste et à la démocratie', a-t-il ajouté.


Très critiquée, Ségolène Royal peut tout de même compter sur le soutien d’Europe Écologie-Les Verts. "Je crois que le problème, c'est que le président n'a pas souhaité cette consultation pour résoudre le problème, il l'a souhaitée pour faire un coup tactique, pour habiller l'arrivée d'un certain nombre d'écologistes dans son gouvernement, a estimé sur LCP le patron d’EELV, David Cormand. A noter que François Hollande, dans le livre "Un président ne devrait pas dire ça...", confie que l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes "ne verra pas le jour".

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter