Notre-Dame : Jean-Marie Le Pen ressort la thèse de l'incendie criminel dans son hommage à Jeanne d'Arc

Politique
DÉCLARATION - Lors de son traditionnel hommage du 1er mai à Jeanne-d'Arc, l'ancien leader du FN a défendu la piste criminelle dans l'origine de l'incendie qui a ravagé Notre-Dame, le 15 avril. "Essayez donc de brûler une bûche de chêne et vous verrez ce qu'il faut !" a notamment déclaré le nonagénaire, s'inscrivant dans les thèses complotistes qui ont fleuri du côté de l'extrême droite depuis.

Lors de son hommage traditionnel à Jeanne d'Arc en ce 1er mai, l'ancien président du Front national Jean-Marie Le Pen a évoqué l'incendie dramatique qui a ravagé la cathédrale Notre-Dame de Paris. "Cette année, deux des grandes églises de Paris ont été l'objet d'incendies dont je pense très sérieusement qu'ils étaient criminels", a-t-il déclaré, faisant référence à celui de Notre-Dame mais aussi l'incendie ayant touché l'église Saint-Sulpice, dans le VIe arrondissement de Paris, le 17 mars dernier.


"L’incendie de Notre-Dame est un incendie criminel car il n’a pu venir inopinément, comme cela, sur des troncs, des poutres qui font un mètre carré de section, et qui ont 700 ans. (…) Essayez donc de brûler une bûche de chêne et vous verrez ce qu'il faut !" a enchaîné l'ancien candidat à l'élection présidentielle.


Il rejoint ainsi des thèses complotistes qui ont fleuri à l'extrême droite depuis, mais aussi le souverainiste Nicolas Dupont-Aignan, qui revendique de se poser la question "sans privilégier aucune piste, du tout". Dès le 16 avril, les services de police indiquaient que "rien, en l'état, [n'allait] ans le sens d'un acte volontaire" et que, 5 jours plus tard, LCI apprenait que la thèse de la défaillance électrique avait les faveurs des enquêteurs. Lesquels, de toute façon, mettront plusieurs mois pour déterminer l'origine de l'incendie. 

"C’est probablement le fait d’un service, car le matériel mis en œuvre et la diffusion de la flamme ont nécessité une organisation qui n’est pas sans doute celle de l’initiative personnelle. (...) Ces feux doivent être pour nous un avertissement (...) Depuis des années, nous dénonçons le transfert de population qui se fait des pays extra-européens vers l'Europe, en particulier vers la France", a-t-il également affirmé, reprenant là aussi une nouvelle thèse complotiste, celle du "grand remplacement", défendue par le théoricien d'extrême droite Renaud Camus, qui veut que les pouvoirs occidentaux organisent l'arrivée de populations immigrées pour prendre la place des "peuples européens".


Pour rappel, une enquête a été ouverte par le parquet de Paris pour "destruction involontaire par incendie", alors que la piste accidentelle est privilégiée.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Incendie à Notre-Dame : un symbole de Paris dévasté par le feu

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter