"Nous avions le devoir d'intervenir au Mali, pour la sécurité du Sahel mais aussi notre propre sécurité", affirme Bernard Cazeneuve

"Nous avions le devoir d'intervenir au Mali, pour la sécurité du Sahel mais aussi notre propre sécurité", affirme Bernard Cazeneuve
Politique

Toute L'info sur

Bernard Cazeneuve Premier ministre

INTERVIEW - L'ancien Premier ministre, invité ce matin de l'interview politique d'Elizabeth Martichoux sur LCI, a défendu l'intervention française au Mali au lendemain de l'annonce de la mort de 13 militaires après la collision de deux hélicoptères. "La lutte contre le terrorisme est un combat au long court", a estimé Bernard Cazeneuve.

"Nous avions le devoir d'intervenir au Mali". Invité ce mercredi matin sur LCI, Bernard Cazeneuve est longuement revenu sur l'intervention française au Sahel, où 13 soldats ont trouvé la mort lundi. L'ancien Premier ministre l'assure : il s'agit "d'une nécessité."

L'ancien Premier ministre a tenu à rendre un hommage aux militaires tués : "Ce sont eux qui, chaque jour, assurent notre sécurité. J'éprouve pour eux un immense sentiment de gratitude, de reconnaissance. Je suis dans l'émotion, dans la volonté de leur rendre l'hommage qu'ils méritent." Malgré le deuil, l'intervention française sur le sol africain est une nécessité, estime Bernard Cazeneuve. "Nous avions un devoir d'intervenir pour le Mali, pour la sécurité du Sahel, mais aussi pour notre propre sécurité et celle de l'UE. (…) La lutte contre le terrorisme est un combat au long court. (…) Sur ces sujets sérieux et grave, il faut faire œuvre de pédagogie et expliquer que le lourd tribut payé par nos hommes l'est pour la sécurité de la bande sahélienne", affirme l'ancien ministre de l'Intérieur.

Voir aussi

"Je sens quotidiennement" la tension sociale en France

Interrogé sur ceux qui, au sein de la classe politique, condamne l'opération Barkhane, le socialiste en a profité pour tancer Jean-Luc Mélenchon. "Il est outrancier sur tous les sujets. Laïcité, terrorisme, état d'urgence... Je ne l'ai jamais vu tenir sur aucun sujet une parole d'apaisement. J'ai beaucoup de mal à discerner de la responsabilité dans son comportement", tacle Cazeneuve.

La tension sociale en France ? "Je la sens quotidiennement", a souligné l'ancien ministre. Elle vient du fait que les injustices sont là, elles rongent la société de l'intérieur. Certains ont le sentiment que lorsque ceux qui dirigent disent "réforme" il faut entendre "recul". L'inquiétude doit être entendue." En particulier concernant la réforme des retraites. "On parle d'une réforme universelle, mais on voit qu'elle se traduit par des interrogations pour des catégories sociales, par exemple les enseignants. Comme si, pour assurer une retraite demain, il faudrait remettre en cause le pouvoir d'achat d'aujourd'hui." Critiquant une "verticalité du pouvoir" qu'il observe depuis le début du quinquennat conduisant à une "impasse", Bernard Cazeneuve plaide pour un "compromis avec les forces syndicales", seule solution pour faire une "bonne réforme."

Concernant son futur, celui qui n'est pas dans "l'obsession de devenir président de la République" garde néanmoins intacte la "passion" qu'il a pour son pays. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter