Perquisition au siège du FN : le parti dénonce une "opération" pour "nuire" à Marine Le Pen

Perquisition au siège du FN : le parti dénonce une "opération" pour "nuire" à Marine Le Pen

ENQUÊTE - Le Front National a fait lundi l'objet d'une perquisition dans ses bureaux à Nanterre dans le cadre de l'affaire des assistants parlementaires. Le parti politique a réagi dans un communiqué de presse.

Des enquêteurs se trouvaient au siège du Front National ce lundi soir pour des perquisitions dans l'affaire des assistants parlementaire. Alors que le parquet de Paris Le parquet de Paris, qui a ouvert l’information judiciaire en décembre dernier, ne "souhaite pas faire de communication à ce stade", comme indiqué à LCI, le parti politique a réagi dans un communiqué de presse.

"Deux ans après le début de l’enquête initiée par Mme Taubira, ministre socialiste de la Justice, sur demande de M. Schulz, président socialiste du Parlement européen, une nouvelle perquisition a eu lieu ce jour au siège du Front National, concernant "l’affaire" des assistants parlementaires. Ainsi, pour la seconde fois, a lieu une perquisition des mêmes bureaux, s’agissant des mêmes faits présumés, ce qui confirme que la première perquisition a été infructueuse" peut-on lire.

Perturber le bon déroulement de la campagne électorale présidentielle et de tenter de nuire à Marine Le Pen- Le communiqué du FN

Alors que la campagne présidentielle est perturbée par plusieurs affaires - notamment concernant François Fillon, le candidat de la droite - le Front National s'interroge sur le timing de cette nouvelle perquisition : "Il s’agit à l’évidence d’une opération médiatique dont le seul but est de tenter de perturber le bon déroulement de la campagne électorale présidentielle et de tenter de nuire à Marine Le Pen au moment même où sa candidature effectue une importante percée dans les intentions de vote, notamment pour le second tour".

Après le début de l'enquête en mars 2015, l'information judiciaire a été ouverte en décembre dernier pour "abus de confiance" et recel de ce délit, "escroqueries en bande organisée", "faux", "usage de faux" et "travail dissimulé". Deux assistants parlementaires employés par Marine Le Pen sont visés : Catherine Griset, qui a perçu un salaire de 2010 à 2016 pour un poste à Strasbourg, et Thierry Légier, le garde du corps de la candidate, qui a reçu la somme de 41 500 euros en 2011 pour un poste d'assistant local, malgré "l'existence d'un rapport d'emploi effectif qui n'est pas établie".

Réaction de l'avocat de Marine Le Pen

Contacé par LCI, Maitre Marcel Ceccaldi, avocat de Marine Le Pen, a assuré qu'il s'agit d'une instrumentalisation politique de la justice. C’est très grave. Tout le monde sait qu’elle est au Liban du coup quand elle va revenir du Liban, on ne va l’interroger que sur cette affaire ! C’est une pratique incompatible avec les règles de l’Etat de droit. Il y a quelque jours, François Hollande a déclaré qu’il y avait un besoin d’exemplarité au sommet de l’Etat, et là comme par hasard MLP et FF sont touchés par des affaires judiciaires. Bien entendu ça vient de l’Elysée On parle de faits qui datent d’octobre 2011 et la perquisition intervient au siège du FN en février 2017 ! Comme par hasard…

Ajoutant que "la situation de Thierry Légier (le garde du corps) a été régularisé, il y a les cachets du parlement qui font foi. Par ailleurs on a toujours pas accès au rapport de l’OLAF mais celui-ci a été communiqué à 2 médias (Marianne et Mediapart, ndlr). On utilise l’action judiciaire à des fins politiciennes…"

Lire aussi

En vidéo

Marine Le Pen : "Une procédure scandaleuse"

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : 600.000 personnes vaccinées en 24h en France, un nouveau record

Météo estivale pour quasiment tout le monde ce week-end, des pointes à 32°C attendues !

"Vous lui avez volé sa vie" : la famille d'Arthur Noyer interpelle Nordahl Lelandais

Disney : le baiser de Blanche-Neige fait polémique

Avignon : un policier tué par balles dans le centre-ville, le tireur en fuite

Lire et commenter

LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies. > En savoir plus.