Obligation vaccinale des soignants : "C’est une question de déontologie", estime le Pr Emmanuel Hirsch

Obligation vaccinale des soignants : "C’est une question de déontologie", estime le Pr Emmanuel Hirsch

INTERVIEW - Invité de LCI ce lundi, le professeur Emmanuel Hirsch s'est positionné en faveur d'une obligation vaccinale des soignants contre le Covid-19. "C'est une question de responsabilité", assène-t-il.

La vaccination des soignants contre le Covid-19, une nécessité ? Sur le plateau de LCI ce lundi, Emmanuel Hirsch a soutenu la mise en place d'une telle mesure, au cœur des débats ces derniers jours. "Il faut être très vigilant et, d’abord, ne pas stigmatiser. Mais rappeler que depuis mars dernier l’ensemble des ordres professionnels de santé ont prescrit la vaccination obligatoire", rappelle-t-il. 

"Il ne s’agit pas de culpabiliser des personnes qui ont assuré des lourdes responsabilités dans un contexte difficile. On est un devoir de reconnaissance vis-à-vis de ces professionnels. Mais réciproquement ceux-ci, lorsqu’ils interviennent auprès de personnes vulnérables, ont des obligations. C’est le principe de réciprocité". Et au professeur d'affirmer : "Ce n'est pas une question de morale, c’est une question de déontologie". "L’obligation vaccinale n’est pas une obligation éthique, c’est une obligation politique. On est dans une société, on a des devoirs réciproques", martèle-t-il. 

Toute l'info sur

L'interview Politique

"Naviguer pour trouver le préférable"

S'il l'estime essentielle pour passer sans encombre les mois à venir, Emmanuel Hirsch n'en est pas moins conscient des problèmes potentiels que peut créer une telle mesure. "Je pense que le président de la République doit être très prudent. Il ne s’agit pas d’être stigmatisant vis-à-vis de personnes qui sont sur le front depuis des mois", souligne-t-il, estimant qu'en cas d'instauration d'une obligation vaccinale pour les soignants, il y aurait "des conséquences"

"Il faut un arbitrage politique proportionné. Je pense qu’il ne faut pas disqualifier des gens dont on a vu à quel point ils étaient fondamentaux", indique le scientifique. "Demain, si on ne fait pas de choix aujourd’hui, nos libertés individuelles risquent d’être compromises. Il y a des impératifs. Il faut naviguer pour trouver le préférable. Le préférable aujourd’hui c’est que chacun adhère politiquement et humainement à la stratégie vaccinale. On le moyen de vacciner et ce devoir moral", conclut-il. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Exposition d'une photo d'Emmanuel Macron en maillot de bain : le couple présidentiel porte plainte

Pourquoi SOS Médecins entame une grève de 24 heures dès lundi matin

Elections en Allemagne : les sociaux-démocrates en tête, incertitudes sur la succession d'Angela Merkel

Covid-19 : les tests deviendront payants le 15 octobre seulement pour les non-vaccinés, annonce Jean Castex

Le Covid-19 pourrait altérer la matière grise du cerveau même chez les cas bénins

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.