"Orientation sexuelle" des éducateurs : polémique à la mairie de Versailles

Politique
POLEMIQUE – Deux élus divers droite de Versailles, proches de la Manif pour tous, auraient demandé au maire de contrôler "l'orientation sexuelle" des animateurs périscolaires de la ville. Si ces deux conseillers nient ces accusations, le groupe socialiste local les maintient et dénonce "une homophobie ambiante".

"Nous étions outrés !" La colère d'Isabelle This Saint Jean, conseillère municipale PS de Versailles, contactée par metronews, ne retombe pas depuis le conseil municipal du 2 octobre dernier. Comme trois autres de ses collègues du groupe Le Progrès pour Versailles (PS et divers gauche), elle dénonce dans une tribune (rapportée par le site Yagg ) les propos tenus par deux élus du groupe Versailles Famille Avenir (divers droite), Fabien Bouglé et Valérie d’Aubigny.

Lors d'un débat sur les rythmes scolaires et les animateurs chargés d'organiser les ateliers périscolaires, ces deux conseillers anti-mariage pour tous auraient demandé "à l’équipe municipale si elle contrôle correctement non seulement les casiers judiciaires (c’est la loi) mais aussi 'l’orientation sexuelle' des animateurs qu’elle embauche".

"Lutter contre l'infiltration du Lobby LGBT au sein de l'école"

Contactés par metronews, Fabien Bouglé et Valérie d’Aubigny nient avoir tenu de tels propos, mais ne comptent (étonnamment) pas attaquer en diffamation . "C'est faux, je n'ai jamais utilisé ce terme 'd'orientation sexuelle' et je compte bien demander un droit de réponse", se défend Fabien Bouglé. Interrogé sur le conseil municipal en question, l'élu finit toutefois par déplorer un "lobby" gay : "Je ne sais plus vraiment ce que j'ai dit, c'était début octobre. Je sais que j'ai demandé au maire ce qu'il comptait faire pour lutter contre l'infiltration du lobby LGBT au sein de l'école", nous explique-t-il. Egalement interrogée sur cette idée de lobby gay à Versailles, Valérie d’Aubigny n'a pas voulu s'appesantir sur le sujet.

Alors ces deux élus ont-ils tenu de tels propos ? "Bien sûr que oui", confirme Isabelle This Saint Jean. "Nous avons immédiatement tweeté ses propos homophobes. Et tout le monde pourra vérifier la véracité de nos accusations lorsque le PV du conseil municipal sera publié par la ville", ajoute cette vice-présidente de la région Ile-de-France. Et de déplorer à Versailles "une homophobie ambiante depuis l'adoption du mariage pour tous".

EN SAVOIR + >> Retrouvez tous nos articles sur le mariage homosexuel

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter