Pacte de responsabilité : les Français voudraient, mais peinent à y croire

Pacte de responsabilité : les Français voudraient, mais peinent à y croire

DirectLCI
SONDAGES - D'après des enquêtes d'opinion réalisées dans la même période, les Français approuvent le virage social-démocrate de François Hollande, mais ne croient ni en lui, ni en les patrons.

Deux sondages dont les résultats ont été communiqués samedi semblent indiquer que les Français approuvent plutôt le " pacte de responsabilité " proposé par François Hollande – baisse des charges patronales contre création d'emplois –, mais ils doutent fortement de son succès.

Dans une enquête BVA pour i-Télé et Le Parisien , il apparaît que tous bords confondus, 62% des personnes interrogées souhaitent que l'UMP s'inscrive "dans une coopération avec le gouvernement pour mettre en place" ce projet qualifié de "slogan creux" par Jean-François Copé, le président du premier parti d'opposition. Parmi ses sympathisants, 45% des sondés n'en sont pas moins d'avis qu'il faut jouer le jeu.

D'après un autre sondage à paraître ce dimanche dans le quotidien Sud-Ouest, plus centré sur le fond des réformes annoncées lors de la dernière conférence de presse du président de la République, près de trois quarts des Français ne le croient pas capable de faire diminuer la dépense publique (73%) et ils sont plus encore à refuser leur confiance aux entreprises (74%) dans le cadre de son fameux Pacte.

Extrême scepticisme aux extrêmes

Qu'il assume ou pas sa ligne social-démocrate , voire des orientations perçues comme franchement libérales à la gauche de la gauche, le chef de l'Etat aura fort à faire pour rendre crédible son Pacte de responsabilité, estime l'Ifop qui pointe "un sentiment de scepticisme extrêmement répandu dans la société française". Cela vaut à l'égard de l'exécutif comme du patronat, ainsi même à droite, 57% des sondés ne font pas confiance aux entreprises pour tenir leur part du contrat et recruter.

A gauche, la défiance est plus marquée encore. 76% des sympathisants socialistes ne croient pas en la bonne volonté des entreprises. Aux extrêmes, ils sont 82% à s'en méfier parmi les soutiens déclarés du Front de gauche et du Front national. Et, à respectivement 69 et 90%, ils ne font pas confiance au gouvernement.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter