PARIS DOIT-ELLE SE PAYER LONDRES ? - Posez toutes vos questions à Bénédicte Le Chatelier et ses invités

Politique

EUROPE - Ce soir, comme tous les soirs, dans "24 heures en questions", vous avez la possibilité de poser toutes vos questions à Bénédicte Le Chatelier et ses invités sur le thème du jour : la France veut-elle profiter du Brexit ? Ils vous répondent dès 18h10.

« Les intentions de la France sont claires comme de l'eau de roche : l'affaiblissement du Royaume-Uni, et la dégradation du statut de la City de Londres ». Jeremy Browne, représentant spécial de la corporation de la City après l’Union Européenne, ne mâche pas ses mots. Plus d’un an désormais depuis le référendum qui a validé la sortie du Royaume-Uni de l’Union Européenne, la tension continue à monter entre les représentants britanniques et européens autour des négociations visant à organiser le retrait des britanniques. Selon Browne, la France souhaiterait le « Brexit le plus dur possible » et « semble se réjouir de résultats nuisibles à la City de Londres même si Paris n’en bénéficie pas ». Il accuse en effet la France, et en particulier les responsables politiques et économiques de la région parisienne, de vouloir tirer un profit maximal de ce Brexit, en faisant éclater la quatrième plus grande place boursière au monde (plus grande d’Europe). Paris verrait en effet dans le départ du Royaume-Uni une opportunité inespérée de récupérer les grandes entreprises qui résident pour l’instant dans la City, et les études démontrant l’impact économique positif en termes de capitaux, d’emplois, de sièges sociaux qui déménagent pour la France et l’Allemagne ne tarissent pas. Cette analyse intervient plusieurs jours après les demandes de « clarification » de l’Union Européenne en vue des négociations : « Nous progressons mieux lorsque les positions respectives sont claires » a rappelé le négociateur en chef européen pour le Brexit, Michel Barnier, ce jeudi lors de la conférence de presse venue clôturer le second round de la négociation. Et il n’est pas inexact que la France ne fait pas tout pour attirer les institutions financières anglaises. D’où la présence du premier ministre, Edouard Phillipe, au forum d’Europlace au début du mois, une première. Le feuilleton des tensions entre Paris et Londres semble loin d’être terminé dans cette épopée qu’est le Brexit… et ouvre surement une nouvelle page de la compétition historique entre les rives de la Manche. Alors, la France peut-elle réellement attirer les acteurs de la City dans ses filets ? Comment Paris peut-elle se rendre attractive aux yeux des britanniques ? Faut-il prévoir un rafraîchissement des liens économiques et diplomatiques entre les deux pays ?

Pour poser vos questions, rendez-vous sur le page Facebook de l'émission, ou sur Twitter, #24henquestions !

Les invités :     

Pascal BONIFACE

Directeur de l'Institut de Relations Internationales et Stratégiques (IRIS)

                                                       

Gaspard KOENIG

Président du think-tank Generation Libre

Paul THOMSON

Vice-président des Conservatives à Paris 

Michel RUIMY

Économiste 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter