"Paris en commun" : Anne Hidalgo réfléchit déjà au coup d'après

Anne Hidalgo le 6 février 2020
Politique

PAYSAGE POLITIQUE - "Paris en commun", plateforme de soutien à Anne Hidalgo pour les élections municipales, va devenir une "structure politique". Son président Jean-Louis Missika affiche déjà ses ambitions pour la présidentielle 2022.

A deux jours du second tour des élections municipales, la plateforme de soutien à Anne Hidalgo affiche ses ambitions. "Paris en commun" va devenir une "structure politique" et une fédération aux visées plus large que la capitale, a appris l'AFP ce vendredi. 

Dans un message adressé aux membres du conseil d'administration de la plateforme, son président Jean-Louis Missika écrit : "En accord avec Anne (Hidalgo), je vous propose de poursuivre l'aventure et de faire de 'Paris en Commun' une structure politique pérenne, avec une gouvernance renforcée, qui accompagnera, soutiendra et stimulera la majorité municipale". 

Hidalgo 2022 ?

La plateforme rassemble actuellement des élus de tous bords, situés à gauche de l'échiquier politique : écologistes (ex-EELV), socialistes, communistes, élus de Génération.s et des personnalités issues de la société civile à l'instar de l'ancienne journaliste Audrey Pulvar. Au niveau national, le lieutenant d'Anne Hidalgo, adjoint à l'Urbanisme, souhaite aussi créer une "fédération", qui rassemble toutes les "plateformes citoyennes", nées à l'occasion des municipales, "et (qui) sont en passe de remporter de belles victoires dans des villes grandes ou petites" comme Marseille, Lyon ou Toulouse.

Lire aussi

"Cette fédération aura une double mission : proposer une réflexion de fond pour une décentralisation authentique (...) et préparer les prochaines échéances électorales de 2021, départementales et régionales", ajoute Jean-Louis Missika, voire, à terme, présidentielle. Cette dernière échéance questionne. Interrogé par l'AFP sur le rôle de "Paris en commun" pour la présidentielle de 2022, et le choix d'Anne Hidalgo comme candidate, son président a de nouveau affirmé que la maire socialiste "ne souhaite pas être candidate à l'élection présidentielle", ce qu'elle a elle-même affirmé à plusieurs reprises. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent