VIDEO - Élue pour un deuxième mandat, que veut Anne Hidalgo pour Paris ?

VIDEO - Élue pour un deuxième mandat, que veut Anne Hidalgo pour Paris ?
Politique

PROGRAMME – Réélue à Paris pour six ans, que compte faire Anne Hidalgo dans la capitale ? Voici cinq propositions phares de son programme.

Dimanche 29 juin, Anne Hidalgo a été largement réélue à la mairie de Paris, avec près de 50% des voix, dans une triangulaire l’opposant à Rachida Dati (LR) et à Agnès Buzyn (LaREM). En s’alliant avec le candidat EELV David Belliard, la maire sortante PS rempile pour un mandat axé vers l’écologie et adapté au temps du Covid-19, avec le "Manifeste pour Paris". Logements sociaux, piétonnisation, pérennisation des pistes cyclables… LCI revient sur cinq mesures phares que l’édile compte mettre en place dans la capitale ces six prochaines années.

25% de logements sociaux en 2025

Pour "rendre Paris accessible à tous" et aider les plus précaires, Anne Hidalgo s’est engagée à mettre en place 25% de logements sociaux d’ici 2025, "répartis dans tout Paris pour les classes populaires et les classes moyennes". Concrètement, de mettre à disposition des Parisiens 15.000 nouveaux logements sociaux, pour atteindre 600.000 bénéficiaires. En janvier 2020, la capitale disposait d'une part de 22,6% de logements sociaux, selon la ville de Paris. 

La piétonnisation du canal Saint-Martin

C’est dans le Journal du Dimanche que l’édile a annoncé, juste avant le second tour, la piétonnisation dès l’été du canal Saint Martin, dans le 10e arrondissement, allant de Stalingrad à République. "L’idée est de donner de l’air et de la qualité de vie à ces quartiers de Paris très denses, où vivent beaucoup de familles", a indiqué Anne Hidalgo à cette occasion. Son objectif, à terme, est d’enlever la voiture du centre de Paris mais aussi de piétonniser et de végétaliser une trentaine de rues de la capitale.

Lire aussi

Abaisser la vitesse de circulation

Autre mesure pour limiter les nuisances provoquées par le trafic automobile, Anne Hidalgo souhaite limiter la vitesse de circulation à 30 km/h dans Paris et à 50 km/h sur le périphérique. Une mesure qui ne concernera pas toutefois les grands axes parisiens, comme le boulevard des Maréchaux. "C’est surtout la nuit que cette vitesse est dépassée et qu’elle cause le plus de nuisances sonores, avec des conséquences pour la santé du fait des insomnies qu’elle provoque", justifie la maire, qui avait déjà abaissé en 2014 la vitesse sur le périphérique de 80 à 70 km/h. Bien qu’il s’agisse d’une "priorité", Anne Hidalgo a reconnu ne pas pouvoir se prononcer "sur une date précise" pour la mise en place de cette mesure. En effet, plusieurs maires d’arrondissements y sont réticents.

Création d’une police municipale

Une police municipale "paritaire" sera créée d’ici 2024 et dotée à terme de 5000 agents. La maire PS s’oppose à ce que celle-ci soit armée, pour ne pas faire concurrence avec la police nationale. L’édile souhaite que ces policiers municipaux, équipés d’un bâton de défense et un gilet pare-balles, soient chargés "de faire respecter les règles du quotidien", c’est-à-dire de "lutter contre les dépôts sauvages d’encombrants, les déjections humaines et canines, les mégots jetés dans les rues, qui passent dans les égouts et polluent l’eau de Paris, les trottinettes qui roulent à tout berzingue au mépris du code de la route". Mais aussi de veiller à "lutter contre le harcèlement de rue" et contre les "actes racistes, antisémites ou anti-LGBT". La police nationale, elle, s’occupera exclusivement de la délinquance et de terrorisme.

Pérennisation des "coronapistes"

C’est une promesse formulée à trois semaines du second tour : Anne Hidalgo envisage de rendre permanentes les "coronapistes", ces pistes cyclables créées temporairement pour le déconfinement. Au total, ce sont 50 km de pistes réservées aux cyclistes et aux trottinettes électriques qui ont été déployées dans Paris dès le 11 mai pour encourager les modes de transports alternatifs au métro et à la voiture. "Les pistes transitoires ont une utilité dans la mobilité et dans la baisse de la pollution. Si je suis élue, je veux que ces aménagements provisoires deviennent définitifs", a-t-elle déclaré au micro de France Inter. La pérennisation des terrasses de cafés élargies à l’occasion du déconfinement est également à l’étude à l'Hôtel de ville.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent