Paris : le stationnement des deux-roues thermiques sera payant dès 2022

Paris : le stationnement des deux-roues thermiques sera payant dès 2022

POLLUTION - Le Conseil de Paris a adopté mardi cette mesure phare d’une réforme qui comprendra également la suppression d’au moins 60 000 places de parking.

La Ville de Paris a adopté mardi en Conseil municipal le stationnement payant dès début 2022 pour les deux-roues motorisés thermiques, mesure phare d’une réforme qui prévoit également la suppression d’au moins 60 000 places de stationnement en surface d’ici 2026 et la hausse immédiate des tarifs pour les automobiles. 

Le tarif des véhicules visiteurs deviendra d’ailleurs plus cher dès le mois d’août prochain, passant de 4 à 6 euros ou de 2,40 à 4 euros l’heure selon l’arrondissement. Les abords de Paris seront bientôt concernés eux-aussi puisque le stationnement deviendra payant aux bois de Vincennes et de Boulogne dès l’automne. 

Le tarif visiteur à la hausse en août

"La moto conserve sa forme de liberté. Mais ces libertés ne peuvent plus être aussi coûteuses pour la collectivité : beaucoup de pollution, bruit, encombrement de l’espace public. La régulation consiste à faire payer le stationnement", s’en est expliqué au Parisien David Belliard, adjoint de Paris chargé de la transformation de l’espace public.

Présentant ces mesures à la presse, l’adjoint écologiste a détaillé sa vision pour Paris, une ville "adaptée aux fortes chaleurs" et désengorgée de ses voitures les plus polluantes : "Nous avons besoin de récupérer de l’espace public pour y faire des espaces verts (…), plus de place pour les piétons, les vélos (…) parce que nous subissons de plein fouet la crise climatique, les pollutions de l’air qui tuent". Car en parallèle, la pérennisation des terrasses éphémères, qui se sont déployées pendant la crise sanitaire sur les places, les places de stationnement ou les trottoirs, modifiera profondément le paysage de Paris. 

Aux côtés de ces mesures, la piétonisation du centre de Paris -déjà annoncée par la municipalité- devrait elle aussi contribuer à réduire la place de la voiture dans la capitale. Une consultation a été lancée le 12 mai dernier pour faire des 1er, 2e, 3e et 4e arrondissements ainsi qu’une partie des 5e, 6e et 7e arrondissements une zone de trafic limité (ZTL), dans laquelle les piétons et cyclistes auront plus de place. 

Lire aussi

Se défendant de vouloir "supprimer toutes les voitures", David Belliard s’est engagé à créer 1000 places de stationnement supplémentaires pour les personnes handicapées, 1000 pour les professionnels, 1000 pour les véhicules en autopartage et 100 pour les taxis. Mais aussi à ce que des alternatives soient trouvées "pour développer le parking en sous-sol". Le tarif résident des véhicules restera le même qu’aujourd’hui et les avantages des professionnels seront étendus à la grande couronne, a précisé l’adjoint écologiste d’Anne Hidalgo.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Inflexible face aux policiers, comment Cédric Jubillar justifie les incohérences entre sa version et celle des enquêteurs ?

EN DIRECT - Covid-19 : 10 millions de Français ont fait leur dose de rappel, selon Olivier Véran

Covid-19 : vacances de Noël avancées dans les écoles et rassemblements limités... la Belgique sur le qui-vive

Norvège : une fête d'entreprise vire au probable foyer du variant Omicron, la moitié des convives infectés

Vaccin : au bout de combien de temps mon pass sanitaire est-il actif après la 3e dose de rappel ?

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.