La rue de Rivoli bientôt fermée aux voitures : Anne Hidalgo présente sa copie pour le déconfinement de Paris

La rue de Rivoli bientôt fermée aux voitures : Anne Hidalgo présente sa copie pour le déconfinement de Paris
Politique

DÉCONFINEMENT - Quelles mesures accompagneront le déconfinement de la capitale ? A quelques jours du 11 mai, Anne Hidalgo précise les premières pistes pour un retour progressif à la normale dans les rues de Paris. Le département, l'un des plus touchés par l'épidémie de coronavirus en France, est placé en rouge sur la carte de synthèse du déconfinement présenté jeudi par le ministère de la Santé, annonçant d'ores et déjà un "confinement strict".

Port du masque, reprise de l'école, circulation, ou encore accès aux gares. La maire PS Anne Hidalgo a dévoilé mercredi 29 avril dans un entretien à l'AFP les premières pistes pour assurer le déconfinement dans la capitale, classée en zone rouge, annonçant que celui-ci serait "strict". Des mesures qui n'ont pas manqué de faire réagir l'opposition. 

LCI passe en revue le plan de l'édile.

Distribution de deux millions de masques réutilisables

"Le port du masque dans l'espace public, dans la rue est extrêmement salutaire. C'est un outil de protection, absolument indispensable. J'invite les Parisiens à en porter parce qu'avec un masque, on se protège et on protège les autres, a confié l'édile, qui annonce avoir commandé "deux millions de masques en tissu lavable", conformes aux normes sanitaires selon elle. 

En attendant, "un premier lot de masques jetables sera livré en milieu de semaine prochaine", a-t-elle expliqué. "Je veux donner un masque à chaque Parisien, gratuitement. Nous les distribuerons d'abord, via les mairies d'arrondissement, aux personnes âgées de plus de 70 ans. Et pour les autres lots, nous avons sollicité les pharmaciens qui pourraient assurer leur distribution. J'attends une réponse du Conseil de l'ordre", a-t-elle précisé.

Ouverture des écoles "progressive"

Face à un "risque de deuxième vague" comme évoqué par Edouard Philippe lors de son discours à l'Assemblée nationale, Anne Hidalgo prévient : "on appliquera des règles sanitaires extrêmement strictes, notamment dans nos écoles. Ces règles devront tenir compte de l'exiguïté et de la promiscuité de nos établissements."

"Le scénario (du gouvernement, ndlr) qui prévoit 15 élèves par classe, va être compliqué dans beaucoup d'écoles à Paris", reconnaît-elle. "Nous travaillons à des jauges inférieures pour assurer une sécurité maximale des enfants et personnels ; et continuons de travailler avec le rectorat et les maires d'arrondissement. En attendant le 11 mai, nous nettoyons toutes les écoles et les crèches."

Aménagements des accès aux gares et parkings-relais

La question de l'accès aux gares, et grandes stations de métro et de RER apparaît comme un véritable casse-tête, alors que les mesures de distanciation sociale imposent de rester à au moins un mètre les uns des autres. La maire PS assure travailler avec la région Île-de-France et les opérateurs de transports pour "les grandes stations et gares, comme Saint-Lazare ou Les Halles, qui sont très fréquentées" : elle prévoit d'"aménager les abords et créer des files, à l'extérieur, dans les rues, et à l'intérieur des gares, comme nous l'avions fait après les attentats."

En vidéo

Déconfinement : ce que l'on sait de nouvelles règles de déplacement

Fervente défenseure du "sans-voiture", Anne Hidalgo souhaite mettre en place un plan de déconfinement qui n'aggrave pas la pollution "extrêmement dangereuse" conjuguée au Covid-19. "Je m'opposerai à ce que Paris soit envahie de voitures" a affirmé l'édile. "Nous travaillons à aménager de nouveaux parkings-relais aux portes de Paris reliés au réseau cyclable. Je souhaite qu'il y ait à partir du 11 mai des contrôles conjoints entre les agents de la mairie et ceux de la préfecture de police, que nous allons mettre en place pour éviter tout engorgement de la ville."

Les voitures interdites rue de Rivoli

La maire de Paris privilégie le vélo comme solution au respect des mesures barrière pour les transports. "Au-delà des lignes 1, 4 et 13 que je souhaite doubler en surface par des pistes cyclables, nous travaillons par ailleurs à un maillage de vélo encore plus large en reliant les axes parisiens aux aménagements cyclables que nos voisins sont en train de mettre en place", a-t-elle expliqué. 

Lire aussi

"Rue de Rivoli, je souhaite qu'il y ait un axe uniquement dédié au vélo et un autre réservé uniquement aux bus, taxis, véhicules d'urgence et véhicules des artisans, mais plus les voitures. Ainsi, on pourra circuler d'est en ouest à vélo (de la porte de Vincennes à la porte Maillot en passant Bastille, rue de Rivoli, la place de la Concorde et les Champs-Elysées). L'avenue Foch pourrait être aménagée et on filerait ensuite en obliquant jusqu'à la porte Maillot. Nous travaillons avec le maire de Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine), Jean-Christophe Fromantin, pour qu'il puisse y avoir aussi un prolongement vélo jusqu'à La Défense", a-t-elle lancé, ajoutant avoir demandé à Smovengo (gestionnaire des Vélib') d'assurer une "flotte maximale". 

"J'ai demandé que les magasins de vente de vélos rouvrent, dès cette semaine, pour que les Franciliens qui veulent en acheter un, puissent le faire." 

L'opposition fait aussi des propositions

Rachida Dati, maire Les Républicains du VII° arrondissement, et principale opposante de la maire socialiste à la maire de Paris, a de son côté formulé des propositions pour le déconfinement. Parmi 15 propositions, elle réclame le nettoyage du mobilier urbain avant le 11 mai. Une proposition balayée par l’exécutif socialiste, qui souligne qu’elle a été déconseillée. 

Interrogée sur la tenue d'un second tour des municipales, Anne Hidalgo, qui avait obtenu 30% au premier tour a rappelé la priorité : "les questions de santé publique doivent guider les décisions. Mais, s'il y a un déconfinement début juin, y compris des bars, cafés et restaurants, je n'imagine pas qu'on ne déconfine pas non plus la démocratie. Il faudra être cohérent. Je suis totalement alignée sur la position de François Baroin, président des maires de France, sur la question relative à la démocratie et la tenue des élections municipales." 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent