Paris "trop cher" : des cagnottes lancées pour aider Benjamin Griveaux à se payer un logement

Politique

REACTIONS - Les propos du porte-parole du gouvernement chez "Brut" ne cessent de faire réagir depuis jeudi. Benjamin Griveaux affirmait ne pas pouvoir s'acheter un logement à Paris, malgré son salaire qui dépasse les 7000 euros par mois. De quoi susciter bon nombre de sarcasmes, et la création de fausses cagnottes solidaires.

Benjamin Griveaux "condamné" à rester locataire à Paris, parce que les prix des logements y sont trop chers. Les propos tenus chez Brut par le porte-parole du gouvernement, jeudi 17 novembre, n'ont pas manqué de faire réagir. Bien qu'il bénéficie d'un salaire supérieur à 7000 euros nets par mois, le ministre proche d'Emmanuel Macron - et candidat potentiel à la mairie de Paris - a affirmé que, n'étant pas un "héritier", il ne pouvait acquérir un bien dans la capitale. 

Des propos qui ont immédiatement suscité les sarcasmes et les critiques, voire des démonstrations pour prouver que le ministre pouvait bien, avec les moyens dont il dispose, s'acheter un appartement dans la capitale. 

Des cagnottes en ligne

Dans la foulée de ces critiques, certains ont également proposé que le porte-parole du gouvernement rejoigne les ronds-points tenus par les Gilets jaunes, et ont ouvert plusieurs cagnottes solidaires sur la plateforme Leetchi.

"Nous avons le devoir de nous mobiliser pour soutenir notre secrétaire d'Etat. Un toit pour Griveaux !" lance l'une des ces cagnottes, une autre appelant les généreux contributeurs à l'aider "à sortir de la misère". 

Ce n'est pas la première fois que des cagnottes factices sont lancées au profit du ministre. Plusieurs avaient notamment été créées "pour réparer la porte à Griveaux", clin d'oeil à l'intrusion de manifestants dans son ministère le 5 janvier. Le point commun entre toutes ces cagnottes, c'est qu'aucun contributeur n'y a mis d'argent. Pas même un centime. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter