Partie de campagne : les candidats à la primaire de la gauche peinent à attirer les foules

BATAILLE POLITIQUE - La course à l'Élysée s'accélère. Dans deux semaines, les candidats à la primaire de la gauche s'affronteront lors du premier tour. À droite, François Fillon se démène pour ne pas se faire oublier, quand François Hollande lui, entame sa tournée d’adieux.

À deux semaines du premier tour de la primaire de la gauche, les candidats socialistes peinent à remplir les salles de meeting. Manuel Valls revendiquait seulement 400 personnes à son meeting ce dimanche matin. Il tente de relancer sa campagne avec une mesure sarkozyste : la défiscalisation des heures supplémentaires. Benoît Hamon, qui ne rassemblait que 700 personnes vendredi, a tout de même réussi à imposer son idée de revenu universel dans le débat, tandis qu’Arnaud Montebourg, pour qui 600 personnes se sont déplacées samedi, annonce être persuadé que Donald Trump s’inspire de sa personne.

Salles combles pour Macron et Mélenchon

De leur côté, Emmanuel Macron et Jean-Luc Mélenchon, font salle comble. Samedi, 1.500 personnes faisaient encore la queue à l'extérieur pour assister au meeting de l'ex-ministre de l'Économie à Clermont-Ferrand quand les portes de la Grande Halle d'Auvergne ont dû être fermées, faute de place. Le candidat de la France insoumise, lui, a débuté son discours dehors, ce dimanche à Tourcoing, pour les centaines de militants restés à l'extérieur.

La virée high-tech de Fillon

François Fillon, en baisse dans les sondages,  s'attache lui à se défaire de son image conservatrice. Il était cette semaine au salon international de la haute technologie à Las Vegas. Le candidat organisera mercredi son premier meeting depuis sa victoire à la primaire de la droite. Il abordera le thème de l'imigration.

Les adieux du Président

Pendant que cette course effreinée à l'Élysée de poursuit, François Hollande entame sa tournée des vœux, qui prend des airs de tournée d’adieu. "Je ne serai pas toujours président de la République", ironisait-il par exemple en Corrèze samedi. "Mais je serai toujours avec vous et parmi vous".

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Emmanuel Macron dans la course à l'Elysée

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter