Passeport vaccinal : pour Bayrou, c'est "le sens naturel des choses"

Passeport vaccinal : pour Bayrou, c'est "le sens naturel des choses"

DÉBAT - Face à la polémique, le gouvernement a reculé sur le projet de loi ouvrant la possibilité de mettre en place un passeport vaccinal. Le Haut-commissaire au Plan, lui, s'y est dit favorable sur LCI pour "retrouver la vie la plus normale possible".

De quoi relancer la controverse ? François Bayrou, président du MoDem et Haut-commissaire au Plan, s'est dit favorable dimanche à l'idée d'un passeport sanitaire, qui conditionnerait l'accès de certains lieux à la vaccination contre le Covid-19.

Face au tollé suscité par le projet de loi ouvrant la possibilité de voir conditionnés des déplacements et des activités à la vaccination, le gouvernement a reporté de "plusieurs mois" le dépôt du texte devant le parlement. Mais pour François Bayrou, interrogé sur LCI dimanche, "on peut tout à fait imaginer ça, que d'une certaine manière le fait d'être soumis à la vaccination ouvre des portes qui jusqu'alors étaient fermées".

Toute l'info sur

Covid-19 : la France fait-elle les bons choix face au virus ?

Les dernières informations sur l'épidémie

C'est "le sens naturel des choses", a-t-il estimé, en défendant "tous les efforts qui peuvent être faits" pour "retrouver la vie la plus normale possible", à partir du moment qu'"aura été vérifié que, un, le vaccin est efficace, deux, qu'il est sans danger".

"Nous n'avons que l'espoir du vaccin"

"Pour aller dans ce sens-là aujourd'hui, nous n'avons que l'espoir du vaccin", a-t-il souligné, au premier jour de la campagne de vaccination en France et en Europe.

Quant aux nombreux Français sceptiques face au vaccin, M. Bayrou a estimé qu'"une fois qu'on aura vérifié" qu'il est "sans risque" - ce qui "se fera en quelques jours ou quelques semaines" - "alors la demande de vaccins va beaucoup augmenter et on va atteindre des chiffres massifs qui permettront de vaincre l'épidémie".

Si le gouvernement a démenti toute velléité de créer un "Etat sanitaire", le Rassemblement national et la droite ont vu ces derniers jours dans le projet de loi le risque d'une possible restriction à la liberté de déplacement.

Lire aussi

Dans son article 3131‑9, au 6e paragraphe, le texte qui ne devrait pas être présenté au Parlement "avant plusieurs mois", selon Olivier Véran, prévoit que "le Premier ministre peut, le cas échéant (...) subordonner les déplacements des personnes, leur accès aux moyens de transports ou à certains lieux, ainsi que l'exercice de certaines activités à la présentation des résultats d'un test de dépistage établissant que la personne n'est pas affectée ou contaminée, au suivi d’un traitement préventif, y compris à l'administration d’un vaccin, ou d'un traitement curatif".

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : près de 20.000 nouveaux cas en 24h, la pression hospitalière s'accentue

Golden Globes : Chadwick Boseman sacré meilleur acteur, sa veuve livre un émouvant discours

Marthe Villalonga, un amour caché pendant 50 ans

Désormais autorisé dans les cabinets médicaux, le vaccin AstraZeneca est en forte progression

Pour son retour, Trump ouvre la porte à sa candidature en 2024 et reste au Parti républicain

Lire et commenter