Peillon et Moscovici, les deux perdants du remaniement

DirectLCI
Lors de ce remaniement, "on a un peu fait payer à Vincent Peillon le fait qu'il ait envie d'avoir une sorte de sécurité" en se portant candidat aux élections européennes, explique Christophe Jakubyszyn, chef du service politique de TF1 et LCI. Le contexte des rythmes scolaires ne l'a pas non plus aidé. Quant à Pierre Moscovici, il pâtit des mauvais chiffres du chômage. "C'est un peu injuste" car "c'est la responsabilité du chef de l'Etat de s'être engagé sur cet objectif de fin d'année". Mais lui aussi rêve de responsabilité européenne...

Plus d'articles