Penelope Fillon accusée d'emploi fictif : mais à quoi sert vraiment un assistant parlementaire ?

Penelope Fillon accusée d'emploi fictif : mais à quoi sert vraiment un assistant parlementaire ?

ZOOM - A la suite des révélations du Canard Enchaîné, Penelope Fillon, la femme de François Fillon, est accusée d’avoir bénéficié d’un emploi fictif à l’Assemblée nationale, en tant qu’assistante parlementaire. Il n'y a rien d'illégal à cela, répond le camp du candidat à la présidentielle. Mais à quoi sert donc un assistant parlementaire ?

Assistant parlementaire. La profession est plus que jamais évoquée ces dernières heures. Sans pour autant savoir ce qu’elle recouvre exactement. Penelope Fillon, la femme de François Fillon, est en effet accusée par le Canard enchaîné d’avoir été rémunérée comme attachée parlementaire de son mari et du suppléant de celui-ci pendant 8 ans, pour un total d'environ 500.000 euros brut. 

Une pratique légale. Sauf que l’hebdomadaire satirique s’appuie sur des témoignages de collègues affirmant n’avoir jamais travaillé avec elle, sous-entendant qu’elle a bénéficié d’un emploi fictif. Le clan Fillon répond qu'elle a œuvré "dans l'ombre", dans la circonscription sarthoise de François Fillon, et dénonce de la "misogynie"

Toute l'info sur

L'affaire Penelope Fillon

Lire aussi

Un statut et des avantages bien définis

Forcément, la question se pose : un assistant parlementaire, à quoi ça sert ? La fiche de synthèse de l’Assemblée nationale sur les collaborateurs des députés nous permet d'en apprendre un peu plus. La fonction est plutôt récente, puisque sa création remonte à 1975. Elle répondait à l’époque au souhait des députés de bénéficier de moyens humains leur permettant de faire face aux diverses charges de leur mandat. Depuis lors, les parlementaires bénéficient donc, à côté de l'indemnité qui constitue leur salaire, d’une enveloppe de 9.561 euros mensuels qui leur permet de rémunérer jusqu'à cinq collaborateurs.

Sur le site de l’Assemblée nationale, de larges détails sont donnés concernant le statut de ces collaborateurs, le type de contrat qu'ils signent, mais aussi la protection sociale dont ils bénéficient. L’occasion d’apprendre qu’ils ont quelques avantages bien sympathiques : ainsi, à compter de deux ans d’ancienneté, la prime d’ancienneté est égale à 5 % du salaire de base et est revalorisée de 5 % tous les deux ans… dans la limite de 16 ans d’ancienneté toutefois. L’assistant parlementaire bénéficie aussi de la prime de 13e mois, qui équivaut à un salaire de base, d’une allocation de frais de garde d’enfant, ou encore de tickets restaurant depuis 2000. Depuis 2014, la profession a également droit au maintien intégral de son salaire pendant la durée totale des arrêts maladie ou maternité. D’après les derniers chiffres disponibles, 2.090 collaborateurs étaient décomptés à l’Assemblée nationale en 2013. Salaire moyen brut : 2643 euros. "En moyenne, un attaché parlementaire est payé entre 1500 et 2500 euros", abonde Vincent Ledoux, député LR du Nord. 

 

20% des députés déclarent employer un proche

Et donc, quel travail font-ils exactement ? Là-dessus, la fiche de l’Assemblée est bien moins détaillée, le descriptif de la fonction d’assistant parlementaire étant résumé en trois paragraphes, bien plus flous : "Le collaborateur joue le rôle que chaque député lui fixe à l’intérieur de l’équipe qu’il a recrutée", peut-on ainsi lire. Une fiche de poste et des tâches assignées bien larges, donc. Les collaborateurs peuvent être fixés, suivant les besoins, dans la circonscription du candidat, ou à l’Assemblée nationale. Dans les faits, les deux tiers d’entre eux restent dans les circonscriptions. 

Quant aux tâches exécutées dans la réalité, elles dépendent à la fois des besoins du député, mais aussi des compétences de la personne recrutée. La plupart des collaborateurs font ainsi de l’assistance, du secrétariat, tiennent l’agenda, prennent les rendez-vous, assurent la permanence téléphonique et assistent l'élu dansà diverses tâches matérielles ; les plus qualifiés peuvent aider à rédiger les discours, préparer les propositions de lois et d’amendements, voire même  représenter le député au sein du groupe politique.

Lire aussi

Dans le cas Fillon, épinglé pour avoir employé sa femme, si la connivence peut interpeller, le fait est fréquent, à gauche comme à droite, et est totalement légal : le député a en effet la qualité d’employeur : "Il recrute librement ses collaborateurs, licencie, fixe les conditions de travail et le salaire de son personnel, dans le respect des dispositions du code du travail", rappelle le site de l’Assemblée. En 2014, le site d’investigation Mediapart avait décortiqué les déclaration d’intérêts des parlementaires, et décompté que 20% des députés déclaraient employer un proche avec l'enveloppe de l'Assemblée nationale. Sur les 577 députés, 52 salariaient leur épouse. Mais 28 fils et 32 filles étaient également embauchés. 

La pratique, qui peut interroger sur l’effectivité de l’emploi et l’utilisation des deniers publics, n’est donc pas nouvelle. Un des derniers à s’être fait interpeller sur le sujet était Jean-François Coppé, en 2013. Il employait sa femme, Nadia Copé, psychologue pour enfant. L’entourage du politique l'avait justifié en assurant qu'elle avait un "rôle de conseil", en première ligne.

Lire aussi

En vidéo

VIDEO. Pénélope Fillon accusée par "Le Canard Enchaîné" d'avoir bénéficié d'un emploi fictif à l'Assemblée

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Euro : Suisse, Suède, Angleterre et République tchèque qualifiées pour les 8e de finale

Autonomie de 1000 km, charge en 3 min... Découvrez la première berline à hydrogène française

VIDÉO - "Mon cœur battait la chamade !" : la voisine française du "Serpent" n’a rien oublié

EN DIRECT - Covid-19 : 10.386 personnes hospitalisées, dont 1655 en soins intensifs

Ce bateau conçu en France défie les lois de la physique

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.