Permanences vandalisées : un tag "Vérité pour Steve" sur le local d'une députée décédée provoque la colère des élus

Politique

CRISE - De plus en plus de permanences de parlementaires sont vandalisées, avec une recrudescence ces derniers jours. Un tag inscrit ce week-end sur les vitres du local de la députée Patricia Gallerneau a provoqué de nombreuses réactions ce lundi 12 août, à peine plus d'un mois après le décès de l'élue Modem de la Vendée.

Parmi les multiples cas de permanences vandalisées ces dernières semaines, celui du local de la députée Patricia Gallerneau émeut particulièrement la classe politique. Cette députée MoDem de Vendée, décédée le 7 juillet, il y a tout juste un mois. Sur la vitre de son bureau à La Roche-sur-Yon, un tag a pourtant été réalisé durant le week-end du 10 au 11 août. On y peut lire "Vérité pour Steve", suivi d'un signe anarchique, selon nos confrères de France Bleu. Des inscriptions faisant référence à la mort de Steve Maia Caniço, les circonstances de sa disparition le soir de la fête de la musique étant encore floues.

Odieux, scandaleux, ignoble

Patricia Gallerneau est décédée d'un cancer à l'âge de 64 ans. Ses collèges de l'Assemblée nationale et différents élus de la majorité et de l'opposition se sont insurgés de cet acte de vandalisme. "Odieux", "scandaleux", "ignoble", "indécent", les politiques n'ont pas manqué d'adjectifs pour exprimer leur ressenti. "Pour en être au point de salir son honneur et le recueillement de ses proches, il faut vraiment n'avoir aucune valeur morale et civique", a notamment écrit le député LREM de la Vendée, Pierre Henriet. Révolté par cet acte, le maire (ex-LR) de la Roche-sur-Yon, Luc Bouard, affirme pour sa part : "Non, le combat politique n’excuse pas tout."

19 permanences vandalisées en 15 jours

Sur Twitter, le président du groupe Modem à l'Assemblée a publié le communiqué du groupe. Il y écrit que "rien ne saurait justifier la lâcheté d'un tel acte, ni sa bêtise" mais aussi : "Il est ignoble de laisser penser que Patricia Gallerneau n’aurait pas souhaité que toute la vérité soit faite sur les circonstances de la mort de Steve Maia Caniço." Il n'est toutefois pas encore établi, ni dans un sens, ni dans un autre, que les auteurs de ce tag étaient au courant que la députée était morte.

Lire aussi

Au delà de l'irrespect envers la défunte, les politiques dénoncent une accumulation des dégradations de permanences d'élus. En seulement 15 jours, 19 permanences ont été vandalisées. D'après le décompte du Figaro, plus de 120 députés - soit plus d’un sur cinq, principalement issus de la majorité - ont été la cible de presque 150 actes malveillants depuis leur élection en juin 2017.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter