Perquisition à la France Insoumise : qualifiées de "montage", les images de "Quotidien" diffusées en intégralité

Politique

POLÉMIQUE - Après s'être fait accusée par la France Insoumise de jouer le "jeu de la police politique", l'émission "Quotidien" a diffusé mercredi 11 septembre l'intégralité des images tournées lors de la perquisition du siège du parti, le 18 octobre dernier.

Des images inédites, sorties d'un tiroir presque un an après la perquisition du siège de la France Insoumise, à Paris. Dans le viseur du parti, l’émission "Quotidien" (TMC) a choisi de prévenir plutôt que de guérir et de dévoiler l’intégralité de la scène, avant que la polémique n'enfle. Retour sur cette bataille d'images. 

Quotidien dans le viseur des Insoumis

Le 18 octobre dernier, une perquisition pour le moins houleuse a lieu dans les locaux de la France Insoumise. Une seule caméra présente sur place : celle de Quotidien. Sur les images, la France découvre alors Jean-Luc Mélenchon particulièrement virulent à l’égard d’un policier qui garde la porte du local, assénant notamment un désormais célèbre "La République, c’est moi !", et Alexis Corbière sortant de ses gonds, criant à qui veut l'entendre qu'il est député. La scène, qui provoque tantôt la stupeur, tantôt l’amusement, est suivie très vite d’une réponse judiciaire. Ainsi, Jean-Luc Mélenchon, Alexis Corbière et d’autres responsables du parti sont convoqués le 19 et 20 septembre prochain devant le tribunal correctionnel pour "intimidation, rébellion et provocation contre l’autorité judiciaire". 

Lire aussi

En vidéo

La France insoumise : récit d'une perquisition mouvementée

C’est là que Quotidien intervient à nouveau dans l’affaire, puisqu'après avoir dénoncé un procès politique, les Insoumis prennent l’émission à parti. Invité de LCI mardi 10 septembre, Alexis Corbière accuse les journalistes de l'émission d’avoir fait un "montage politique" et juge être victime d'une "humiliation". Dans la foulée, Jean-Luc Mélenchon se fend d’un tweet reprochant à Quotidien de jouer "le jeu de la police politique" depuis un an en dissimulant les images où Alexis Corbière et lui apparaissent plus calmes à l’égard des policiers.

45 minutes de perquisition filmée et dévoilée

Directement visé, Quotidien réplique et, pour se prémunir de toute polémique à son encontre, annonce dans son émission du soir-même diffuser l’intégralité des images tournées ce jour-là. C’est chose faite dès le lendemain : la séquence longue de 45 minutes est publiée mercredi 11 septembre à 18 heures tapantes sur les réseaux sociaux. Une diffusion promue soigneusement par certains journalistes de l’émission, tel que Paul Larrouturou, qui écrit sur Twitter : "Croyez-moi, ça vaut le coup de la regarder de la première à la dernière seconde". Sur ces nouvelles images, on voit notamment le patron de La France Insoumise déclarer au policier auprès de qui il s’était emporté : "Ne vous inquiétez pas, personne n’est violent ici". 

Après cette mise en ligne "inédite", selon les termes du présentateur de l’émission Yann Barthès, Alexis Corbière réagit rapidement à l’occasion d’une conférence de presse. Et estime que "les images diffusées ce soir par Quotidien montrent une réalité bien différente de ce qui avait été montré auparavant". Avant d’ajouter toutefois qu’il "aurait été honnête" de les montrer plus tôt. Le jugeant "essentiel", l'avocat de Jean-Luc Mélenchon, Me Mathieu Davy, a quant à lui estimé "effarant que le parquet ait refusé de nous transmettre ce document".

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter