Perquisitions : Jean-Luc Mélenchon bientôt suspendu de la franc-maçonnerie ?

Perquisitions : Jean-Luc Mélenchon bientôt suspendu de la franc-maçonnerie ?

Politique
DirectLCI
Le comportement de Jean-Luc Mélenchon lors des récentes perquisitions au siège de son parti a fait chuter sa popularité. Elle pourrait aussi lui valoir une exclusion de la franc-maçonnerie. Grand Orient de France, le leader de la France Insoumise pourrait être suspendu de la loge.

Les accès de colère de Jean-Luc Mélenchon vont-ils le mettre ban de la franc-maçonnerie ? L'exécutif du Grand Orient de France (GODF) - la première obédience maçonnique en France - a demandé dès vendredi 26 octobre à sa justice interne d'étudier la "suspension temporaire" du leader de la France Insoumise, membre du Grand Orient de France depuis 1983. La raison ? "Son comportement vis-à-vis des magistrats, des policiers et des journalistes", ont confié plusieurs sources à L'Express qui révèle l'information.

30 voix contre 3

Une motion soumise au vote du Conseil de l'Ordre a obtenu "30 voix pour et 3 voix contre" , a ensuite précisé l'entourage du GODF, en soulignant que c'est un fait rare. M. Mélenchon est désormais invité à se défendre devant la chambre suprême de la justice maçonnique, indépendante du Conseil de l'Ordre, qui sera en charge de prendre une décision définitive dans au moins deux mois.


C'est notamment les vidéos - devenues virales - de son opposition virulente aux perquisitions au siège de La France Insoumise (LFI) et à son domicile, le 16 octobre, qui ont déplu à certains membres de la plus grande association maçonnique française. L'organisation étant "très à cheval sur le respect de la République et de la liberté de la presse" elle a préféré se détacher de ces comportements pour que l'image de l'institution et de ses 53 000 membres ne soit pas entachée.

"Actes d'intimidation" et "violences"

La demande de suspension se fonde principalement sur deux affaires juridiques en cours. D'une part, sur l'enquête préliminaire ouverte le 17  octobre pour "actes d'intimidation contre l'autorité judiciaire" et "violences sur personnes dépositaires de l'autorité publique" à l'encontre de Jean-Luc Mélenchon et de son entourage LFI. Cette enquête vise à faire le jour sur les débordements lors des perquisitions, menées dans le cadre d'enquêtes sur les comptes de campagne présidentielle 2017 du leader de LFI, et sur les assistants d'eurodéputés de son parti. Et d'autre part, sur la plainte déposée par Radio France suite aux propos de Jean-Luc Mélenchon qualifiant de "menteurs" et d'"abrutis" les journalistes de Franceinfo, et appelant ses militants à les "pourrir".

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter