Pétanque, Napoléon, stérilisation des chats... comment nos élus ont dépensé 80 millions d'euros en 2014

Pétanque, Napoléon, stérilisation des chats... comment nos élus ont dépensé 80 millions d'euros en 2014

DirectLCI
ARGENT PUBLIC – Pour la deuxième année consécutive, l'Assemblée nationale vient de publier le détail de l'utilisation, l'an dernier, de l'enveloppe d'environ 130.000 euros dont chaque parlementaire dispose à sa guise. Metronews a épluché le document...

Opération transparence, épisode deux. L'Assemblée nationale a perpétué cette année une tradition inaugurée l'an denier : publier l’inventaire de l'utilisation par chaque député de la réserve parlementaire annuelle dont il dispose. D'un montant d'environ 130.000 euros par élu, cette cagnotte est utilisée à sa guise par chacun. Une coutume remise en cause par certains élus et dont la Cour des comptes a épinglé cette semaine les règles floues, alors que l'on parle pour 2014 de 80 millions d'euros d'argent public...

EN SAVOIR +
>> Comment nos élus ont dilapidé un milliard d'euros entre 2006 et 2012

Le podium des villes les mieux loties
- Le Perreux-sur Marne : une nouvelle fois, les 33.000 habitants de cette commune du Val-de-Marne ont été les mieux lotis l'an dernier. C'est que leur maire, Gilles Carrez, est aussi le président (UMP) de la commission des Finances. A ce titre, il bénéficie de la plus grosse enveloppe de l'Assemblée, avec plus de 550.000 euros, dont il distribue 350.000 à sa ville.

- Romainville : autre grosse enveloppe, le président (PS) de l'Assemblée Claude Bartolone dispose de 520.000 euros. Dont il a attribué 190.000 euros à la commune de Romainville (Seine-Saint-Denis) pour une école maternelle. Les villes du Pré-Saint-Gervais, dont il est conseiller municipal, et des Lilas, où il habite, ont reçu chacune 90.000 euros chacune. A noter que la seule ville de sa circonscription à ne pas bénéficier de sa générosité est Noisy-le-Sec... la seule, aussi, qui n'est pas dirigée par la gauche.

- Le Trévoux : une bonne fée s'est penché en 2014 sur les 1500 habitants de cette commune du Finistère. Le groupe SRC, c'est-à-dire la majorité socialiste, lui a en effet versé 175.000 euros pour des "travaux d'intérêt local".

Le Refuge, association star de nos députés
L’association qui héberge des jeunes homosexuels exclus de leur famille se classe parmi les premiers bénéficiaires de la générosité des députés. En tout, Le Refuge a ainsi reçu l'an dernier 15 donations, pour un montant total dépassant les 100.000 euros. Et l'association a su séduire tous les bords de l'assemblée puisqu'elle reçoit à la fois de députés socialistes UMP (dont Gilles Carrez pour 2000 euros et Bruno Le Maire pour 1500 euros) ou encore du groupe écolo. Certes reconnue d'utilité publique, l'association fait néanmoins l'objet de questionnements sur ses pratiques , d'autres acteurs du secteur associatif pointant notamment une stratégie "basée sur l'utilisation du sensationnalisme pour susciter les dons".

François Fillon toujours passionné par la pétanque...
C'est une constante chez l'ancien Premier ministre. Comme l'année d'avant, François Fillon a donné à l'Amicale des boulistes des arènes de Lutèce (2500 euros). Pour le reste, le député de Paris consacre essentiellement sa cagnotte aux comités des fêtes et d'action culturelle du centre de la capitale, où il est élu.

...Et Yves Jégo par Napoléon
L'élu UDI de Seine-et-Marne a versé plus de 19.000 euros à Abeille (symbole de Napoléon Ier et acronyme de "Association pour bâtir une entreprise internationale de loisirs sur l'empereur et son époque"), une association créée en 2012 autour du projet de création d'un parc de loisirs dédié à Napoléon dans la région de Montereau. A l'origine de l'idée, Yves Jégo en préside le comité de pilotage.

Thomas Thévenoud a rempli ses dossiers de subventions
Devenu célèbre l'an dernier pour avoir oublié de remplir ses feuilles d'impôts, l'élu de Saône-et-Loire s'était défendu en assurant s'être "laissé déborder par (son) engagement public. Les habitants de son territoire ne peuvent en effet pas lui reprocher de les avoir négligés : l'intégralité de sa réserve a été versée dans son département, essentiellement pour des "travaux d'intérêt local" dans diverses communes mais aussi pour soutenir des associations de réinsertion, de solidarité avec les handicapés ou pour l'égalité homme-femmes. Quand on sait le nombre de dossiers qu'il a dû remplir pour justifier de l'attribution de ses subventions, on ne peut que saluer l'effort du phobique administratif.

Le FN fan des vétérans, des animaux et du sport
Les deux élus frontistes à l'Assemblée nationale ont chacun reversé l'intégralité de leur cagnotte aux territoires dont ils sont issus. L'examen des dons de l'avocat Gilbert Collard montre un certain penchant pour les traditions bovines du Gard (12.000 euros), amis aussi une attention à la stérilisation des chats errants de la commune de Saint-Gilles (1500 euros). Mais le frontiste soutient également les anciens combattants de son départements (notamment les Harkis et les anciens de la légion étrangère). Quant à sa jeune voisine de l’hémicycle, Marion Maréchal-Le Pen, elle verse toute sa cagnotte à des associations sportives du Vaucluse. Football, tennis, athlétisme, tir à l'arc, gymnastique, danse folklorique... il y en a pour tous les goûts !

Et Patrick Balkany... n'a rien versé !
Selon l'inventaire, le député-maire de Levallois (Hauts-de-Seine) est le seul à ne pas avoir utilisé sa réserve. En fait, rapporte la chaîne LCP, il voulait l'utiliser pour rénover le système de vidéo-surveillance de sa ville, ce qui a été requalifié en demande de subvention par le ministère de l'Intérieur.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter