Philippe Grangeon, ce fidèle d'Emmanuel Macron qui devient son conseiller spécial à l'Élysée

Philippe Grangeon, ce fidèle d'Emmanuel Macron qui devient son conseiller spécial à l'Élysée
Politique
ELYSEE - Plusieurs départs consécutif dans le cabinet d'Emmanuel Macron devraient entraîner un renouvellement en profondeur de l'équipe présidentielle, bousculée par les événements, de l'affaire Benalla aux Gilets jaunes. Philippe Grangeon, un fidèle issu de la gauche, ex-délégué par intérim d'En Marche, va prêter main forte au chef de l'Etat, en tant que "conseiller spécial", à partir du 4 février.

Un ancien pour relayer les novices. Le communicant Philippe Grangeon, 61 ans, va figurer en bonne place dans l'organigramme de l'Elysée dans le cadre d'un renouvellement des équipes, malmenées par les événements, de l'affaire Benalla aux Gilets jaunes.  


Ce Marcheur de la première heure rejoindra officiellement l'Elysée le 4 février comme "conseiller spécial" du Président, a-t-on confirmé jeudi à LCI. Il sera présent trois jours par semaines, bénévolement. Le Parisien avait récemment indiqué qu'il était pressenti pour chapeauter un vaste pôle de communication et de stratégie à l'Elysée, renouvelé après les départs successifs du conseiller politique Stéphane Séjourné (qui dirigera la campagne des Européennes), du directeur de la communication élyséenne Sylvain Fort (en partance vers d'autres horizons professionnels) puis du conseiller spécial Ismaël Emelien. 

En vidéo

Sylvain Fort quitte l'Élysée

L'expérience des cabinets

Face à la garde rapprochée des quadras macronistes, Philippe Grangeon fait figure de vétéran du pouvoir. Ce titulaire d'un DEUG d'histoire proche de la syndicaliste CFDT Nicole Notat a longtemps marché avec le Parti socialiste. Après avoir participé à la fondation de SOS Racisme , il s'est engagé dès la fin des années 1980 dans une carrière ministérielle, aux côtés de Paul Quilès sous la présidence de François Mitterrand, puis aux côtés de Dominique Strauss-Kahn et de Christian Sautter sous le gouvernement Jospin, à la fin des années 1990. Au début des années 2000, le communicant a rejoint l'équipe de Bertrand Delanoë afin de préparer la campagne victorieuse des municipales à Paris. 


A côté de ses activités bénévoles de conseiller, cet homme d'influence a travaillé à la direction de plusieurs groupes publics (Office d'annonce, La Poste et Mediapost) ainsi que privés (Editions La Découverte, Cap Gemini). Selon la bio communiquée par En Marche, Philippe Grangeon a passé quatorze ans comme membre du comité exécutif de CapGemini, groupe dédié aux services numériques, avant de prendre sa retraite en novembre 2017. Il est devenu, en décembre 2017, le président du conseil d'administration de Paris&Co, l'agence parisienne de développement économique et d’innovation de Paris, présenté comme "le premier incubateur européen de start-up".

Artisan d'En Marche

Le communicant s'est enfin affiché comme un macroniste de la première heure, membre fin 2015 de la petite équipe qui a mis sur pied les statuts d'En Marche, alors qu'Emmanuel Macron était toujours ministre de l'Economie et que Philippe Grangeon conseillait lui-même François Hollande. Il avait croisé la route d'Emmanuel Macron dès 2012, au palais de l'Elysée où ce dernier était alors secrétaire général adjoint. 


Membre du bureau exécutif de LaREM après l'élection d'Emmanuel Macron, il a été appelé en renfort pour prendre l'intérim du mouvement en octobre 2018, après la démission de Christophe Castaner, parti rejoindre le gouvernement. Il se donnait alors pour mission d'assurer le respect des "valeurs de démocratie interne et de transparence" jusqu'à l'élection de son successeur, Stanislas Guérini, autre proche d'Emmanuel Macron, à la tête du parti. 


L'homme, qui se décrivait en "vieux militant" devant les adhérents d'En Marche le 1er décembre dernier, s'est rapproché de l'Elysée au cours des dernières semaines. Mais il a toujours eu l'oreille de chef de l'Etat. Reste à savoir si ce réformiste de gauche, censé incarner "l'empathie" au sommet du pouvoir, saura contribuer à sortir le navire de la tempête. 

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La présidence Macron

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter